Publicité

QUESTION D'ACTU

Sidaction

15 à 20 personnes chaque jour découvrent leur séropositivité

6 400 personnes ont découvert leur séropositivité en France en 2017. Alors que se déroule la 25ème édition du Sidaction, un triste constat s'impose: ce chiffre ne baisse plus depuis plusieurs années. Banalisation de la maladie, mauvaise information des jeunes et faiblesse du dépistage peuvent expliquer cette situation.

15 à 20 personnes chaque jour découvrent leur séropositivité yacobchuk/Istock

  • Publié 07.04.2019 à 08h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Ils sont précisément 6 424 en France à avoir découvert en 2017 qu'ils étaient porteurs du virus du Sida. Ce constat a été établi fin mars par Santé Publique France. Chaque jour dans notre pays, entre 15 et 20 personnes découvrent leur séropositivité. Un chiffre qui ne baisse plus depuis plusieurs années, ni chez les hommes ayant des rapports sexuels avec un ou plusieurs hommes, ni chez les hétérosexuels. Chez les 15-24 ans, le nombre de nouvelles infections a augmenté de 24% depuis 2007 en France.

Les seuls parmi lesquels la diminution des contaminations se poursuit sont les usagers de drogues. Une bonne nouvelle qui ne permet pas de cacher la terrible stagnation des découvertes de séropositivité.

"Le paradoxe, c'est qu'au début des années sida, cette maladie, c'était la mort et il y avait une forme de combat, de résistance. Aujourd'hui, grâce aux traitements, il n'y a plus cette équation tragique et on a beaucoup plus de mal à faire passer des messages de prévention", a expliqué samedi 6 avril sur Europe 1 Marina Karmochkine, médecin spécialiste du sida à l'hôpital Georges Pompidou à Paris.

Une banalisation de la maladie

Il y aurait donc une banalisation de la maladie liée aux progrès réalisés dans sa prise en charge, progrés qui laisseraient penser que le sida, ce n'est plus si grave ... Mais il y a aussi un fort déficit d'information des jeunes. Un sondage Ifop réalisé fin février 2019 et cité samedi 6 avril par Europe 1, montre que 23% des jeunes s'estiment mal informés sur le VIH. Trois jeunes sur quatre montrent du doigt l'Education Nationale et la piètre qualité de l'éducation sexuelle à l'école.

Conséquence de cette information qui ne passe plus, un relâchement dans la prévention : la même enquête Ifop montre que 50% des 15-17 ans interrogés "n'avaient pas utilisé de préservatif lors d'un rapport sexuel parce qu'ils n'en avaient pas à disposition". Des préservatifs qui ne sont remboursés par l'Assurance Maladie, à condition d'être prescrits, que depuis novembre 2018.

Un tiers des découvertes à un stade avancé de l'infection

Par ailleurs, le dépistage montre lui aussi ses limites puisque, malgré les auto-tests disponibles en pharmacie depuis 2015, un tiers des découvertes de séropositivité se font à un stade avancé de l'infection quand ce n'est pas au stade clinique du sida.

Agnès Buzin, ministre de la Santé, avait insisté en novembre 2018 sur son ambition "d'éradiquer l'épidémie du sida d'ici 2030".

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité