Publicité

QUESTION D'ACTU

Institut de veille sanitaire

Hépatites B et C : le dépistage rate une partie de la cible

D'après l'INVS, le dépistage des hépatites B et C reste insuffisamment ciblé. S'il est fréquemment proposé aux usagers de drogues, il ne l'est pas assez aux autres groupes à riques.

Hépatites B et C : le dépistage rate une partie de la cible DURAND FLORENCE/SIPA

  • Publié 21.05.2013 à 17h02
  • |
  • |
  • |
  • |


Le dépistage des hépatites B et C est insuffisamment ciblé. C'est le constat qui ressort de l'enquête LaboHEP publiée ce mardi dans le bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) reposant sur les résultats de 742 laboratoires d'analyses de biologie médicale, publics et privés. 

Selon le BEH, en 2010, 3,4 millions de tests ont été réalisés en France pour chacune de ces deux maladies. Un point positif puisque l'activité de dépistage progresse dans le pays. Le nombre de dépistages remboursés par la Sécurité sociale (CNAMTS) est en effet passé  de 1,19 à 2,02 millions pour l'hépatite B en 2011 et de 960 000 à 1,95 million pour hépatite C.

Pourtant, là où le bât blesse c'est que les tests ne sont positifs que dans 0,9% des cas pour l'hépatite C et 0,7% des cas pour l'hépatite B. Pour Cécile Brouard, épidémiologiste à l'INVS contactée par Le Monde, «  ces chiffres suggèrent que le dépistage est insuffisamment ciblé sur les populations à risque ». Une analyse qui rejoint celle de l'enquête menée en 2009 auprès des médecins par l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPS) . Cette étude révélait que si ces tests étaient fréquemment proposés aux usagers de drogue, il ne l'étaient toutefois pas assez aux groupes à risque, notamment aux personnes originaires d'un pays à forte endémie ou à celle en situation de précarité.

Autre bémol du système de dépistage, celui-ci n'est pas systématisquement proposé aux personnes ayant subi un acte chirurgical invasif ou aux personnes tatouées ou ayant un piercing. Conclusion pour l'INVS, « le renforcement de ce dépistage reste l'une des priorités des autorités sanitaites car 55% des personnes infectées par le VHB et 41% par le VHC ignoraient leur statut en 20004 ». 
Une méconnaissance qui a des conséquences directes pour le patient puisque aujourd'hui encore, l' hépatite C cause la mort de 2600 personnes par an en France.  

Enfin, concernant la vaccination contre l'hépatite B, la tendance semble s'améliorer pour les nourissons de 6 mois nés en 2010 puisque 86% d'entre eux ont reçu une dose de vaccin, contre 31% de ceux nés en 2007. Mais l'INVS relève cependant qu'elle reste encore peu pratiquée par les adultes car seulement 47% des 18-69 ans se déclaraient vaccinés contre l'hépatite B. Pour tenter d'alerter, l'Institut souligne que « parmi les cas d'hépatite B aiguë ayant fait l'objet d'une déclaration obligatoire entre 2003 et 2011, au moins 53% auraient pu être évités car relevant d'une recommandation vaccinale »

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité