Publicité

QUESTION D'ACTU

Inquiétude

Santé mentale des enfants : la France au bord de la catastrophe

D'après le réseau européen des Défenseurs des enfants, 12,5% des enfants et ados sont en souffrance psychique en France. Selon sa présidente, interviewée par "Le Parisien", cela s'explique par une "pénurie importante de pédopsychiatres" dans le pays. 

Santé mentale des enfants : la France au bord de la catastrophe KatarzynaBialasiewicz/iStock

  • Publié 19.09.2018 à 11h30
  • |
  • |
  • |
  • |


La France "au bord de la catastrophe" en ce qui concerne la santé mentale des jeunes. A l’occasion de sa rencontre annuelle, le réseau européen des Défenseurs des enfants a publié ce mercredi 19 septembre une enquête inquiétante. D’après Le Parisien qui y a eu accès, dans l’Hexagone près de 12,5% des enfants et adolescents sont en souffrance psychique. D’après Geneviève Avenard, la présidente de l’Institution interviewée par le quotidien, cette situation alarmante s’explique par une "pénurie importante de pédopsychiatres" dans le pays.

"La densité moyenne n’est que de 15 pédopsychiatres pour 100 000 jeunes de moins de 20 ans avec une grande inégalité territoriale (…) Dans certaines zones, il n’y a même plus de spécialistes, ni d’enseignements chercheurs. Les futurs pédopsychiatres ne peuvent donc plus être formés", explique-t-elle ainsi. Et cette carence entraîne un temps d’attente beaucoup trop long pour certains enfants qui devraient être soignés immédiatement.

Cette situation aboutit à de nombreuses dérives, dénonce la défenseure des enfants, également adjointe au défenseur des droits Jacques Toubon. "On se rend compte aussi que certains adolescents de 15-16 ans qui ont besoin d’être hospitalisés en psychiatrie se retrouvent dans les mêmes services que les adultes ! On le dénonce. Ce n’est pas leur place", développe-t-elle, alertant : "On est au bord de la catastrophe".

Autre sujet d’inquiétude pour le réseau européen des Défenseurs des enfants : une augmentation de la pris de médicaments chez les jeunes. "Je ne suis pas contre, ils sont utiles pour calmer les angoisses, lutter contre la dépression, l’hyperactivité, les troubles mentaux. Mais c’est aussi la facilité. On ne veut pas que cette prise de médicaments se fasse au détriment d’une approche thérapeutique et éducative", explique Geneviève Avenard qui préfèrerait miser "sur l’accompagnement".

"Le pays européen où l’offre de soins en pédopsychiatrie est la plus faible"

En avril, une enquête française avait déjà pointé du droit le manque de pédopsychiatres en Europe et aux Etats-Unis. "Les problèmes de santé mentaux chez la jeunesse sont en passe de devenir l’un des principaux enjeux de santé public du 21èmesiècle", notait l’étude.

En France, un rapport d’information du Sénat paru en 2017 sur La situation de la psychiatrie des mineurs en France informait que le nombre "de mineurs jusqu’à l’âge de 15 ans vus au moins une fois dans l’année dans les intersecteurs de pédopsychiatrie a connu une hausse de plus 80 % entre 1991 et 2003". Cette augmentation a ensuite continué jusqu'en 2014 à hauteur de 22%. 

Malgré tout, selon les régions, il manquerait entre 7 et 41 % de professionnels qualifiés pour répondre à la demande. "Nous sommes le pays européen où l’offre de soins en pédopsychiatrie est la plus faible du point de vue des praticiens", dénonçait par ailleurs Marie-Rose Moro Fondatrice et Présidente de l'Association Internationale d'EthnoPsychanalyse dans son rapport Mission bien-être et santé des jeunes publié en novembre 2016. 

Face à ces cris d’alarmes des professionnels du secteur, le ministère de la Santé a annoncé fin juin une série de mesures en faveur du suivi psychiatrique des jeunes. Ainsi, Agnès Buzyn prévoit notamment de lancer dans trois régions une expérimentation permettant d’adresser des jeunes de 11 à 25 ans vers des consultations de psychologues prises en charge par l’Assurance Maladie, après une évaluation par les médecins généralistes. A suivre…

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité