Publicité

QUESTION D'ACTU

Régime

Les substituts de repas inquiètent les médecins

Les substituts de repas peuvent provoquer des déséquilibres nutritionnels. Et selon les médecins, ils sont souvent consommés par des personnes qui n'ont pas besoin de maigrir.  

Les substituts de repas inquiètent les médecins DURAND FLORENCE/SIPAU

  • Publié 18.05.2013 à 18h55
  • |
  • |
  • |
  • |


Crèmes, barres, soupes ou encore milk shakes… les formes et les saveurs des substituts de repas sont nombreuses et les consommateurs appâtés par l’espoir de perdre quelques kilos en un temps record, surtout avant l’été, ont parfois du mal à choisir. Même si ces produits censés se substituer à un repas complet journalier sont dans le viseur de la plupart des spécialistes de la nutrition, ils envahissent les rayonnages des supermarchés ou même des pharmacies et font un tabac sur internet.
Le numéro du mois de mai de 60 millions de consommateurs consacre une enquête minutieuse comparant 21 de ces substituts de repas et encas hypocaloriques. Après avoir passé au crible leur composition, le verdict est sans appel. D’un point de vue nutritionnel, aucun de ces produits ne peut être recommandé.

 

Avant même de parler de l’éventuel déséquilibre nutritionnel qu’ils pourraient engendrer, pour certains nutritionnistes, le principal désavantage de ces produits minceurs, c’est qu’ils constituent un repas d’un volume trop faible. L’estomac n’est donc pas assez rempli et n’envoie pas le signal de satiété au cerveau.
L'étude Nutrinet publiée en mai 2012 témoigne de l’aspect non rassasiant des substituts de repas. Chez les personnes ayant déjà fait un régime, celles qui avaient utilisé ce type de barres ou de boissons étaient les plus frustrées. 24% déclaraient avoir été « beaucoup/énormément » frustrées quant au choix des aliments, contre seulement 4,5% avec la méthode Cohen et 2,7% avec le régime Weight Watchers.

 

Ecoutez le Dr Patrick Serog, nutrionniste à Paris : « Un repas complet, ça apporte en moyenne 800/1000 gr d’aliments. 2 barres de substituts, c’est 65 gr au plus 90 gr, donc il y a déjà un problème de volume. »


 

Le point positif souligné par 60 millions de consommateurs est que tous les produits testés affichent tout de même une composition en accord avec la directive européenne. Les précautions d’emploi réglementaires sont-elles aussi globalement bien inscrites sur les emballages.
En revanche, du point de vue nutritionnel, « les accros du régime juste pour la plage », devraient se poser quelques questions avant d’élaborer un programme amaigrissant à partir de ces produits. L’enquête dénonce par exemple qu’ils sont trop sucrés, trop pauvres en acides gras essentiels comme les oméga 3 et en fibres. Parmi les différents substituts de repas analysés, ce sont tout de même les soupes, qui semblent les plus équilibrées d’un point de vue nutritif, les plus proches d’un repas traditionnel.

 

Mais ce qui inquiète le plus les spécialistes, c’est le mode de consommation de ces produits. La plupart des gens les utilisent dans le cadre d’un régime « sauvage », sans aucun accompagnement médical. Même si les emballages affichent par exemple qu’il ne faut pas les utiliser plus de 3 semaines sans l’avis d’un spécialiste, ou bien qu’ils ne doivent pas remplacer plus d’un ou deux repas par jour. En réalite, il est difficile de savoir comment ces barres ou milk-shakes sont réellement consommés.
Selon les médecins, les gens utlisateurs qui achètent ces « solutions minceurs » sont souvent des personnes qui n’ont pas besoin de perdre du poids. « Je pense que le vrai problème, ce ne sont pas les  substituts de repas eux-mêmes, explique le Dr Jean Michel Lecerf (1), nutritionniste à l’institut Pasteur de Lille. Utilisés en dépannage et sur de courtes périodes, il ne pose pas particulièrement de problème. En revanche, quelqu’un qui veut perdre du poids devrait toujours demander un avis médical. Je dénonce toute forme de régime sauvage, que ce soit avec des barres de repas ou autre, et 20 à 30% des gens qui suivent un régime ont un poids normal. »

 

Ecoutez Jean Michel Lecerf : « La meilleure façon de grossir, c’est de faire un régime, alors qu’on en a pas besoin. J’ai  des patientes qui au départ pesaient 60 kg, qui voulaient atteindre 56. Au bout de 20 ans de régime elles sont arrivées à 120kg  »


 

Alors quel est le bon usage de ses substituts de repas ? Les spécialistes de la nutrition ne condamnent  pas ces produits.Consommés sur de corutes périodes ou occasionnellement, ils ne font courir aucun risque pour la santé. Ils peuvent par exemple être utilisés en dépannage pour éviter de sauter un repas. « Seules certaines personnes aux comportements alimentaires obsessionnels qui mangeraient ces substituts à tous les repas de la journée, ou qui en consommeraient pendant des mois ou des années pourraient développer des carences » constate le Dr Patrick Serog.
Par ailleurs, de nombreux experts considèrent aussi qu’un substitut de repas, ne peut pas être un repas complet. « Si on les utilise, il vaut mieux compléter sa soupe ou ses barres, par un laitage et par un fruit. C’est un peu comme quand on mange un sandwich, il faut y ajouter d’autres aliments, pour avoir une densité nutritionnelle différente », conclut le médecin.  

 

(1) « A chacun son vrai poids », Dr Jean Michel Lecerf, Odile Jacob. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité