Publicité

QUESTION D'ACTU

Contraception

Pilule, patch, anneau vaginal : les contraceptifs augmentent les risques de leucémie chez l'enfant

The Lancet Oncology publie une étude indiquant que la prise de contraceptifs hormonaux augmente le risque de leucémies aiguës myéloblastiques chez les futurs enfants. Une première dans le monde de la recherche.  

Pilule, patch, anneau vaginal : les contraceptifs augmentent les risques de leucémie chez l'enfant areeya_ann / stock

  • Publié 10.09.2018 à 12h22
  • |
  • |
  • |
  • |


C’est une étude qui va faire du bruit. Pour la première fois, des chercheurs ont démontré que la contraception hormonale chez la mère serait associée à un sur-risque de leucémies aiguës myéloblastiques chez les enfants.

Il existe différentes formes de contraceptifs hormonaux pour les femmes : pilule, patch, anneau vaginal, implant ou encore injection intramusculaire. Ces dispositifs contiennent tous des hormones synthétiques bloquant l’ovulation.

465 leucémie aiguë lymphoblastique et 141 leucémies aiguës myéloblastiques

Les chercheurs ont analysé le parcours médical de 1 185 157 enfants danois, tous nés entre 1996 et 2014. L’utilisation de contraceptifs hormonaux avant leur naissance a été classée comme suit : "aucune utilisation" (jamais utilisée avant la naissance), "utilisation antérieure" (3 mois avant le début de la grossesse) et "utilisation récente" (un mois avant et pendant la grossesse). Les scientifiques ont également calculé les risques liés à l'utilisation de contraceptifs hormonaux maternels pendant la grossesse, c'est-à-dire avant que la mère ne découvre qu'elle était enceinte, le tout en utilisant le modèle statistique à risques proportionnels de Cox.  

Sur l’ensemble de la cohorte, 606 enfants ont eu une leucémie (465 leucémies aiguës lymphoblastiques et 141 leucémies aiguës myéloblastiques). Les enfants nés de femmes ayant récemment eu recours à une contraception hormonale présentaient un risque plus élevé de leucémie que les autres. L'utilisation de contraceptifs hormonaux sur une période proche du début de la grossesse ou pendant la grossesse aurait entraîné un cas supplémentaire de leucémie pour environ 50 000 enfants exposés, soit 25 cas sur toute la durée de l’étude (9 ans).

Aucun lien n'a été établi entre le moment où la contraception a été utilisée et le risque de leucémie aiguë lymphoblastique. Cependant et concernant cette fois la leucémie aiguë myéloblastique, les scores de risque étaient 2-17 pour l’usage rapproché de la grossesse des contraceptifs et de 3-87 pour leur emploi pendant la grossesse.

"Aucun facteur de risque n'avait jusqu’ici été établi pour la leucémie infantile"

La leucémie aiguë lymphoblastique est liée à la multiplication incontrôlée de lymphoblastes qui envahissent la moelle osseuse. Celle-ci ne peut alors plus fonctionner correctement et, notamment, assurer la production des cellules sanguines normales. On parle alors d’insuffisance médullaire. Les leucémies aiguës myéloblastiques sont caractérisées par la présence, au niveau de la moelle, de cellules immatures appelées blastes myéloïdes. Les blastes myéloïdes normaux existent en petites quantités au niveau de la moelle osseuse et ont pour but de "mûrir " et de donner des cellules matures retrouvées dans le sang périphérique.

"Nos résultats indiquent que l'utilisation hormonale maternelle affecte le développement de la leucémies aiguës myéloblastiques chez l'enfant", alertent les chercheurs. "Comme presque aucun facteur de risque n'avait jusqu’ici été établi pour la leucémie infantile, c’est une grande avancée en la matière", se félicitent-ils. Notons que l'âge de la mère, qui a tendance a être plus avancé lors de la prise de contraceptifs hormonaux, n'est ici pas un facteur déterminant. 

Chez les enfants de moins de 15 ans, les principales localisations sont les leucémies (29% des cas dont 80% de leucémies aiguës lymphoblastiques), les tumeurs du système nerveux central (SNC) (24%), et les lymphomes (11%). Chaque année, environ 2 550 nouveaux cas de cancers sont diagnostiqués chez les enfants (1 750) et les adolescents (800). Bien que rares, ces cancers constituent la quatrième cause de mortalité entre 0 et 15 ans. Ces dernières décennies, la survie des enfants et adolescents atteints de ces cancers s’est améliorée de manière très significative, et dépasse aujourd'hui les 80%.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité