Publicité

QUESTION D'ACTU

Double peine

Le VIH augmente le risque de maladies cardiovasculaires

Les personnes vivant avec le VIH sont deux fois plus susceptibles de développer des maladies cardiovasculaires que les autres, selon une nouvelle étude. 

Le VIH augmente le risque de maladies cardiovasculaires zimmytws / stock

  • Publié 07.07.2018 à 07h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Avec les progrès de la thérapie antirétrovirale, la plupart des décès chez les personnes atteintes du virus du sida (VIH) sont maintenant dus à des maladies non transmissibles, en particulier les maladies cardiovasculaires. Au vue de cette évolution, quelle est la part exacte des maladies cardiovasculaires attribuables au VIH ?

Pour répondre à cette question, des chercheurs ont effectué une méta-analyse de 80 études. Ils ont ainsi découvert que sur 793 635 personnes vivant avec le VIH, 61,8% d’entre elles souffraient de maladies cardiovasculaires. Comparativement aux personnes non infectées par le VIH, le ratio de risque de maladie cardiovasculaire était de 2,16%. En d’autres termes, "les personnes vivant avec le VIH sont deux fois plus susceptibles de développer des maladies cardiovasculaires", indiquent les chercheurs.

Le taux de "mauvais cholestérol"

Le virus du Sida accroît le risque de maladie cardiovasculaire car il maintient le système immunitaire dans une inflammation permanente. Sur le long terme, cette inflammation libère des molécules, appelées cytokines, et ces dernières endommagent les tissus corporels. Par ailleurs, si la thérapie rétrovirale permet de ralentir l’inflammation du système immunitaire, un certain nombre de traitements augmentent considérablement le taux de "mauvais cholestérol", facteur de risque très important des maladies cardiovasculaires.

Au cours des 26 dernières années, la fraction de la population mondiale attribuable aux maladies cardiovasculaires dues au VIH a augmenté de 0,36 %. Bilan : le fardeau mondial des maladies cardiovasculaires associées au VIH a triplé au cours des deux dernières décennies. Les régions le plus touchées par ce phénomène sont logiquement l’Afrique subsaharienne et la région Asie-Pacifique.

Crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral (AVC)

Une autre étude venue de Boston, récemment publiée dans la revue Circulation, pointait déjà le fait que le risque réel de maladie cardiaque était sous-estimé chez les personnes souffrant du VIH. Dans leur essai, les chercheurs expliquent que les personnes atteintes du VIH ont plus de chance d’avoir une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral (AVC). Elles sont également plus sujettes à l’athérosclérose, c’est-à-dire au durcissement et au rétrécissement des artères, ainsi qu’au vieillissement accéléré des vaisseaux sanguins.

Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs de Boston ont utilisé le calculateur de score de Framingham. En fonction de divers critères (âge, sexe, taux de cholestérol...), cet outil permet d’évaluer si une personne a des risques de contracter une maladie cardiovasculaire dans les cinq à dix prochaines années.

L’épidémie continue de progresser

En 2016, plus 57 000 nouveau cas de VIH ont été dépistés en Europe, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Pas moins de 1 115 000 patients européens souffrent actuellement du virus, Russie non comprise. La moyenne atteint 7,7 cas pour 100 000 habitants. L’épidémie continue donc de progresser, notamment en Europe orientale où ont été dépistés 80% des nouveaux cas de VIH.

Les maladies cardiovasculaires incluent les cardiopathies coronariennes, qui touchent les vaisseaux coronariens alimentant le muscle cardiaque ; les maladies cérébro-vasculaires, touchant les vaisseaux qui alimentent le cerveau ; les artériopathies périphériques, affectant des artères des bras et des jambes ; les cardiopathies rhumatismales, dues au rhumatisme articulaire aigu, causé par un streptocoque ; les malformations cardiaques de naissance et enfin les thromboses veineuses.

Un essai récent a démontré que prévenir certaines personnes qu’elles ont un risque génétique de maladie cardiovasculaire peut influencer favorablement leur comportement. Reste à espérer que ces résultats soient valables pour les porteurs du VIH.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité