Publicité

QUESTION D'ACTU

Congrès de rhumatologie

Sclérodermie systémique: une nouvelle molécule soulève l’espoir

Selon les résultats d'une étude de phase II présentée aujourd'hui au Congrès européen de rhumatologie (EULAR 2018), le lénabasum garde une tolérance acceptable dans la sclérodermie systémique.

Sclérodermie systémique: une nouvelle molécule soulève l’espoir Cunaplus_M.Faba/istock

  • Publié 16.06.2018 à 12h09
  • |
  • Mise à jour le 16.06.2018 à 19h15
  • |
  • |
  • |


Dans la sclérodermie systémique, les résultats du suivi sur 60 semaines d’une étude montrent qu’une nouvelle molécule, le lénabasum, a un bénéfice clinique et une tolérance acceptable sur le long terme (Abstract OP0006). De plus, les changements mesurés dans l'expression des gènes de la maladie concordent avec les effets biologiques du lénabasum.
Le lénabasum (JBT-101) est un agoniste sélectif des récepteurs aux cannabinoïdes de type 2 qui active la résolution de la réponse immunitaire innée chez l'homme et réduit l'inflammation et la fibrose dans les modèles animaux de la sclérodermie. C'est une petite molécule facile à fabriquer par thynthèse chimique, absorbable par voie orale, et sans effet immunosuppresseur.
« Ces résultats sont une étape importante dans le développement clinique d'un traitement potentiellement efficace pour les personnes souffrant de cette maladie dévastatrice », a déclaré le professeur Thomas Dörner, président du Comité dscientifique de ce congrès de l’EULAR.

Une maladie grave

La sclérodermie systémique est une maladie auto-immune rare, mais grave, qui provoque un épaississement de la peau, ainsi que des douleurs articulaires, des problèmes digestifs, des maladies pulmonaires, cardiaques et rénales. La maladie survient chez environ 30 personnes par million d'habitants par an.

La forme « cutané diffuse » est encore plus rare, touchant seulement une personne sur quatre atteintes de la maladie. Elle s’associe à des lésions précoces des organes, ainsi qu'à un épaississement douloureux de la peau qui s'aggrave rapidement. Seulement la moitié des malades souffrant de cette forme diffuse vivent au-delà de 10 ans après le diagnostic.

Un traitement prometteur

Les résultats présentés au congrès sont issus du suivi en ouvert des malades qui avaient été inclus dans l’étude initiale, contrôlée, en double-aveugle. Trente-six malades, qui avaient terminé l'essai de phase II, se sont inscrits à l'extension en ouvert pour recevoir 20 mg de lénabasum deux fois par jour pendant une moyenne de 60 semaines.

Les résultats suggèrent une amélioration des résultats d'efficacité mesurés à la fois depuis le début de l'étude originale et l’extension en ouvert (score ACR CRISS, score de peau de Rodnan modifié, de l’évaluation du médecin, de la qualité de vie HAQ).

Les effets indésirables les plus fréquents chez tous les malades traités sont une infection des voies respiratoires supérieures (22%), une infection urinaire (14%), une diarrhée (11%), des ulcères cutanés (11%) et des étourdissements modérés (8%)
Les médicaments de la sclérodermie systémique sont très peu nombreux, les immunosuppresseurs sont parfois utilisés bien qu'il y ait eu relativement peu d'essais chez les patients avec une sclérodermie systémique. Un essai clinique international de phase III sur le lénabasum a été débuté avec des résultats attendus dans la première moitié de 2020.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité