Publicité

QUESTION D'ACTU

Contre-indication

Malformations et troubles neurologiques : l'ANSM interdit la Dépakine en cas de grossesse

"Le valproate (Dépakine) est désormais interdit pendant la grossesse et ne doit plus être prescrit aux femmes ou aux adolescentes en âge de procréer", a indiqué mardi 12 juin l'ANSM. Voici pourquoi.  

Malformations et troubles neurologiques : l'ANSM interdit la Dépakine en cas de grossesse NataliaDeriabina / istock

  • Publié 13.06.2018 à 16h10
  • |
  • |
  • |
  • |


"Le valproate est interdit pendant la grossesse et ne doit plus être prescrit aux filles, adolescentes et femmes en âge de procréer", a indiqué mardi 12 juin au soir l’ANSM. La Commission européenne vient d’entériner cette contre-indication.

La contre-indication a été associée à la mise en place d’un nouveau pictogramme (interdiction) sur la boite et sur les blisters de ces spécialités, accompagné d’une mise en garde "VALPROATE + GROSSESSE = INTERDIT. Ne pas utiliser chez les femmes en âge de procréer et sans contraception efficace, ou enceintes". Le valproate, plus connu sous le nom de dépakine, est un traitement de l’épilepsie et des épisodes maniaques des troubles bipolaires. Il entraîne un taux élevé de malformations (plus de 10%) et/ou de troubles neuro-développementaux (30 - 40%) chez les enfants exposés pendant la grossesse.

Un rendement scolaire considérablement diminué

Entre 2 150 et 4 100 enfants ayant été exposés in utero au valproate et à ses dérivés au cours de la période 1967-2016 seraient atteints d’au moins une malformation congénitale majeure, selon une estimation pour la France établie par une étude des autorités sanitaires publiée en 2017. Les enfants nés de mères ayant pris le médicament contre l'épilepsie pendant leur grossesse ont par ailleurs un rendement scolaire considérablement diminué à l’école primaire et au collège, selon une toute nouvelle recherche de l'université d'Aarhus, au Danemark. "Cependant, certaines femmes enceintes ne peuvent pas éviter les crises d’épilepsie si elles ne prennent pas de Valproate", nuance Jakob Christensen, auteur de la recherche. "Il peut donc être nécessaire de traiter les femmes épileptiques avec le Valproate pendant la grossesse, même s'il y a des risques".

Des situations exceptionnelles d’épilepsie résistante 

Dans cette perspective, l’ANSM précise qu’il faut absolument éviter de prescrire du Valporate chez les femmes enceintes et chez celles qui envisagent une grossesse, sauf dans des situations exceptionnelles d’épilepsie résistante aux autres traitements.
Les femmes épileptiques doivent, lorsqu’elles tombent enceinte, s’assurer de ne pas faire de crise. Le bébé en développement court un certain risque subséquent à un traumatisme direct subi par l'abdomen de la mère au cours d'une convulsion violente. Il y a également le risque qu'une convulsion majeure qui le prive temporairement d'oxygène. Des chutes de la maman sont aussi envisageables.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité