Publicité

QUESTION D'ACTU

Epidémie

Epidémie de dengue à la Réunion : quels sont les risques pour la santé ?

Près de 1 300 cas de dengue ont été confirmés dans le nord, l’ouest et le sud de la Réunion depuis le 1er janvier 2018, a annoncé Santé publique France ce jeudi. Qu'est-ce que la dengue ? Et quels sont les gestes de prévention ? 

Epidémie de dengue à la Réunion : quels sont les risques pour la santé ? auimeesri /iStock

  • Publié 19.04.2018 à 16h00
  • |
  • |
  • |
  • |


"Après une circulation inhabituelle du virus durant l'hiver austral 2017, le nombre de cas de dengue a progressivement augmenté (à la Réunion, ndlr) depuis le début de l'année 2018, avec une intensification en février", annonce ce jeudi Santé Publique France. Près de 1300 cas ont été recensés dans le nord, l'ouest et le sud de l'île. 

La dengue, aussi appelée "grippe tropicale", est une fièvre hémorragique tropicale liée à un arbovirus, transmis par un moustique du genre Aedes. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) estime à 50 millions le nombre de cas annuels dans le monde, dont 500 000 cas de dengue "hémorragique", c'est à dire qui sont mortels dans plus de 2,5% des cas. La dengue est initialement présente dans les zones tropicales et subtropicales du monde. 

Risque d'intensification

Le 26 mars 2018, le préfet de La Réunion a déclaré le niveau "épidémie de faible intensité" contre les arboviroses. Mais l'épidémie pourrait s'intensifier dans les semaines à venir, notamment parce que peu de personnes y sont immunisées : "seuls 3,1 % de donneurs de sang, testés pour la dengue en 2008, avaient des anticorps contre le virus", précise Santé Publique France.

Deux formes de dengue

La dengue classique se manifeste brutalement après 2 à 7 jours d’incubation par une forte fièvre avec des maux de tête, des nausées, des vomissements, des douleurs articulaires et musculaires et une éruption cutanée comme celle de la rougeole. Une brève rémission est observée au bout de 3 à 4 jours, puis les symptômes s’intensifient, des hémorragies conjonctivales, des saignements de nez ou des ecchymoses pouvant survenir, avant de régresser rapidement au bout d’une semaine et une convalescence qui peut durer plusieurs semaines.

La dengue hémorragique qui représente environ 1 à 2,5% des cas, est extrêmement sévère : la fièvre persiste et des hémorragies multiples gastro-intestinales, cutanées et cérébrales surviennent. Chez les enfants de moins de quinze ans notamment, un état de choc hypovolémique peut s’installer, entrainer des douleurs abdominales et provoquer la mort si le malade n’est pas réanimé. Il n’y a pas de traitement spécifique contre le virus.

Les gestes de prévention à adopter 

Santé Publique France rappelle qu'il est nécessaire "d'éliminer les récipients d’eau autour de son habitation et les déchets favorisant les gîtes larvaires  (vider les soucoupes, les petits récipients, respecter les jours de collecte des déchets…). Se protéger des piqûres de moustiques (diffuseurs, répulsifs, vêtements couvrants, moustiquaires…). Consulter son médecin en cas d’apparition de symptômes de la maladie et continuer à se protéger des piqures de moustiques".

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité