Publicité

QUESTION D'ACTU

Infection chronique

Cancer de l'estomac : le traitement d'une infection à Helicobacter pylori réduit le risque de récidive

Chez les malades qui ont un cancer de l'estomac à une stade précoce, une nouvelle étude révèle que le traitement d'une infection par Helicobacter pylori, facteur de risque majeur de ce cancer, réduit le risque de 2ème cancer gastrique et l'atrophie glandulaire.

Cancer de l'estomac : le traitement d'une infection à Helicobacter pylori réduit le risque de récidive DECADE3D/EPICTURA

  • Publié 22.03.2018 à 16h33
  • |
  • |
  • |
  • |


Les malades qui souffrent d’un cancer de l'estomac (cancer gastrique) à un stade précoce, limité à la muqueuse gastrique (ou à la sous muqueuse), ont généralement une atrophie glandulaire de la muqueuse gastrique et sont exposés à un haut risque de développement ultérieur de nouveau cancer gastrique.

Des chercheurs coréens rapportent dans une récente étude que chez ces patients, le traitement d’une infection à Helicobacter pylori, un des premiers facteurs de risque du cancer gastrique, conduit à des taux plus faibles de 2ème cancer gastrique, c’est-à-dire diagnostiqué après le traitement du cancer primitif (cancer "métachrone"), ainsi qu’une moindre atrophie glandulaire. Leurs résultats sont publiés dans le NEJM du 22 mars 2018.

Helicobacter pylori et incidence du cancer gastrique

Jusqu’alors, les effets à long terme du traitement éradiquant Helicobacter pylori demeuraient mal évalués vis-à-vis de l’amélioration histologique des biopsies de muqueuse gastrique et la prévention du risque de 2ème cancer gastrique.

Une équipe de chercheurs coréens a donc conduit un essai randomisé en double aveugle et contrôlé incluant 396 patients après une résection endoscopique d’un cancer gastrique à un stade précoce ou d’un adénome de haut grade.

194 d’entre eux ont reçu un traitement visant à éradiquer la bactérie Helicobacter pylori et 202 un placebo. Leur suivi a duré 5,9 ans. L’objectif était de déterminer le risque de 2ème cancer gastrique au cours d’un suivi d’un an ou plus et l’amélioration de l’atrophie glandulaire.

Moins de récidive et une atrophie glandulaire moindre

En pratique, 14 malades sous traitement (7,2%) ont développé un 2ème cancer gastrique contre 27 patients (13,4%) sous placebo. Parmi les 327 patients chez qui on a réalisé une analyse histologique, 48,4% malades sous traitement et 15% des malades sous placebo ont eu une amélioration de l’atrophie glandulaire.
A noter qu’aucun événement indésirable grave n’a été observé. En revanche, les événements indésirables légers étaient plus fréquents chez les individus traités.

Les chercheurs concluent donc que les malades atteints d’un cancer gastrique précoce développent moins de 2ème cancer gastrique quand ils sont traités pour une infection à Helicobacter pylori et une atrophie glandulaire de la muqueuse gastrique est également moins fréquente par rapport aux patients non traités. Reste à déterminer si ces résultats impliquent de traiter Helicobacter pylori systématiquement chez les malades souffrant d'un cancer de l'estomac.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité