Publicité

QUESTION D'ACTU

Vers intestinaux : agir sur la flore intestinale pour les prévenir

La composition de la flore intestinale (microbiote intestinal) influencerait la gravité et la récurrence des infections parasitaires intestinales selon une nouvelle étude. Cela ouvre la voie à de nouvelles méthodes de prévention.

Vers intestinaux : agir sur la flore intestinale pour les prévenir Dr_Microbe/istock

  • Publié 12.03.2018 à 17h01
  • |
  • |
  • |
  • |


Plus d’un milliard de personnes dans le monde souffrent d'infections parasitaires intestinales, majoritairement dans les pays en voie de développement, selon l’OMS, mais pas seulement.

Des chercheurs de l’Ecole de Médecine de l’Université de Washington rapportent dans une étude qu’en manipulant les populations microbiennes de la flore intestinale (ou microbiome), on pourrait se protéger contre les parasites intestinaux.

L'importance de la constitution du microbiote

« Les personnes qui ont contracté des parasitoses digestives, ou qui ont des infections parasitaires à répétition, ont un microbiome différent de celui des personnes qui n’ont pas de parasitose intestinale » explique Makedonka Mitreva, professeur agrégé de médecine et auteur principal de l'étude publiée dans la revue Microbiome le 28 février 2018.

Les helminthiases (infection par des vers parasites intestinaux) sont plus fréquentes dans les zones tropicales ou subtropicales en raison d’un assainissement insuffisant et de conditions favorables à leur développement. L’objectif de leur étude était d’établir les schémas communs du microbiote intestinal associés à un risque élevé de parasitose digestive ou, au contraire, faible dans deux régions géographiques éloignées : l’Afrique de l’Ouest et l’Asie du Sud-Est.

Le rôle de l'inflammation

Dans un essai contrôlé contre placebo, les chercheurs ont identifié 12 microorganismes de la flore intestinale qui sont associés à des infections parasitaires et un type de bactérie (Lachnospiracae) qui serait associé à une absence de parasitose.

Chez les personnes sans parasitose, on retrouve souvent des bactéries intestinales qui sont associées à une inflammation accrue, un milieu qui compliquerait la tâche des helminthes pour s'implanter.

Les chercheurs pensent, en effet, qu’un environnement bactérien inflammatoire empêche le développement des vers au sein de l’intestin car chez les personnes parasitées, on retrouve une bactérie plutôt anti-inflammatoire (Olsenella).

Se protéger naturellement

A long terme, les chercheurs souhaitent développer des méthodes naturelles permettant de modifier la composition du microbiome intestinal afin de protéger les individus de la ré-infection. La composition du microbiote intestinal permettrait également de prédire quelles sont les personnes les plus susceptibles de contracter des infections sévères et chroniques dans le but d’optimiser leur prévention.

Dans l’idéal, ils désirent pouvoir proposer des aliments susceptibles d’altérer la composition du microbiome afin de provoquer une diminution du taux de ré-infection, et surtout que les personnes puissent combattre l’infection par elles-mêmes.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité