Publicité

QUESTION D'ACTU

Conseils des Sages

Vaccination : les conseils de la Cour des comptes pour regagner la confiance des Français

La Cour des comptes s’est intéressée au délicat sujet de la vaccination et s'est interrogée dans son rapport annuel, sur l'échec des innombrables campagnes de sensibilisation et de prévention. Selon elle, il faut regagner la confiance des Français. Voici ses propositions.

Vaccination : les conseils de la Cour des comptes pour regagner la confiance des Français NikiLitov/Epictura

  • Publié 08.02.2018 à 14h30
  • |
  • |
  • |
  • |


La Cour des comptes a commencé par saluer l’extension de la vaccination à 11 vaccins, obligatoire depuis le 1er janvier 2018. Pour elle, la polémique autour de ce sujet est close et elle insiste sur le fait que les vaccins sont plus efficaces si l'ensemble de la population y a recours.

Se vacciner soi-même pour protéger les autres

Il s'agit d'un acte de prévention permettant de se protéger soi-même contre des microbes environnants, mais également de protéger les autres. En effet, se vacciner permet de diminuer la transmission microbienne à des personnes vulnérables comme les nouveau-nés dont le système immunitaire ne fonctionne pas encore bien. A titre d’exemple, si dans la majorité des cas la coqueluche est bénigne pour l’adulte, elle peut se révéler fatale pour un nourrisson qui, lui, n’aura pas encore les armes adéquates pour se défendre.

En France, la vaccination a permis d’éradiquer du territoire plusieurs maladies comme la poliomyélite, ou encore de diminuer significativement l’apparition de nouveaux cas de rougeole. Penser qu’il n'est plus nécessaire de se faire vacciner contre ces maladies sous prétexte qu'elles ont disparues est une erreur : ne pas se faire vacciner augmente le risque de les voir réapparaître.

L'inertie du gouvernement face aux campagnes anti-vaccins

Alors la Cour des comptes essaie de comprendre pourquoi les campagnes sont un échec, elle pointe du doigt les différents gouvernements qui se sont succédés rue de Ségur. "Les couvertures vaccinales demeurent fragiles et des disparités fortes persistent selon les vaccins". La faible réactivité des pouvoirs publiques devant les attaques anti-vaccins est patente depuis vingt ans.

"L'hésitation vaccinale est aujourd'hui plus marquée dans notre pays qu'ailleurs et représente une cause essentielle de la fragilisation de la couverture vaccinale". La responsabilité de l’Etat est établie, mais la politique vaccinale actuelle ne suffit pas : "La vaccination obligatoire ne suffira pas à elle seule à restaurer durablement la confiance et l’adhésion qui doivent être recherchées pour entretenir durablement une dynamique de mobilisation autour d’un outil majeur de santé publique", insiste-t-elle. 

Se faire vacciner à l’école

La Cour propose des solutions : les Sages plaident pour "recourir à l’école comme lieu de vaccination, mesure qui a prouvé son efficience dans de nombreux pays comme la Grande-Bretagne, l’Australie et la Suède"
C’est une mauvaise tradition dans notre pays de ne pas faire de l’école un lieu de prévention et surtout d’éducation pour la santé. Une affirmation qui, à chaque fois fait pousser des cris  d’orfraie aux responsables de l’Éducation Nationale. Poussé par la Cour, le message passera sans doute mieux, mais il ne fait aucun doute que les ligues anti-vaccinales seront là pour politiser le débat.

Toutefois, l’exemple des "gestes qui sauvent" est là pour démontrer les lacunes de notre système éducatif de santé : ces gestes étant dans notre pays "mémorisés" par moins de 30% de la population, alors que dans les pays où la formation se fait chez les enfants, comme en Suède, on obtient des taux supérieurs à 90%. La vaccination à l’école ? Certainement une bonne idée, mais bon courage pour la faire accepter et surtout l’organiser avec la logistique sanitaire que cela suppose.  

Et si les pharmaciens pouvaient vacciner ?

La Cour demande également de revenir sur la suspension de l’obligation vaccinale contre la grippe pour les professionnels de santé, qui est effectivement une mesure tellement empreinte de bon sens, qu’on peut se demander pourquoi elle fait encore place à la discussion.

Elle demande ensuite que les infirmiers et les pharmaciens puissent vacciner de manière plus large, afin de toucher davantage de Français. Un conseil que l’on pourrait qualifier de "tarte à la crème", si des expériences récentes, chez les pharmaciens, n’en avaient pas montré le bien-fondé.

Il s'agit en somme d'une bonne suggestion, mais qui va devoir faire face à un autre lobby, celui des médecins. Il est probable que les exceptions, en particulier la recherche des rares contre-indications, va ralentir  une mesure que de nombreux médecins perçoivent comme une perte de pouvoir. 

Le classicisme des campagnes

Les Sages sont sévères : "La mobilisation des pouvoirs publics a manqué de réactivité et de force. Les plans successifs visant à relancer la politique vaccinale n’ont débouché que sur des mesures partielles, mal coordonnées, insuffisantes en tout état de cause pour renforcer suffisamment l’adhésion vaccinale."

Et ils n’ont pas forcément tort ! Les campagnes sont, certes annuelles, mais d’un classicisme qui effraie quand on voit le pouvoir des réseaux sociaux. Nous sommes là pour témoigner que les sites qui ont une forte audience ne sont pas consultés et que face aux théories complotistes des ligues anti-vaccinales, les campagnes traditionnelles manquent leur cible et sont d’une réactivité de dinosaure. Les ennemis des vaccins ont moins de scrupules, en veille permanente sur les réseaux sociaux, maniant aussi bien l’invective que la menace physique. Là encore, nous pouvons témoigner de la violence des propos rarement sanctionnés.

Parmi les critiques qui ne sont pas formulées, la Cour reste muette sur l’action des laboratoires pharmaceutiques sur ce sujet : acteurs positifs ou négatifs ? Il aurait été utile de le préciser.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité