Publicité

QUESTION D'ACTU

Alimentation santé

Un régime végétarien pour soigner la maladie de Crohn, une maladie auto-immune chronique

Jeanne Deumier a été diagnostiquée Crohn a 18 ans. En changeant totalement son alimentation, les symptômes de la maladie ont complètement disparus. Aujourd’hui, selon ses médecins, elle est en rémission totale. Elle a fait de son parcours un livre « Diagnostiquée Crohn » (éditions Flammarion).

Un régime végétarien pour soigner la maladie de Crohn, une maladie auto-immune chronique tifonimages/epictura

  • Publié 02.01.2018 à 13h26
  • |
  • |
  • |
  • |


« La maladie de Crohn a fait basculer mon quotidien d’adolescente insouciante ». Cette phrase ouvre le livre-témoignage de Jeanne Deumier, Diagnostiquée Crohn publié chez Flammarion. A 18 ans, elle découvre qu’elle est atteinte par la maladie.
Pendant deux ans, elle va suivre des traitements. Jusqu’à 2013, où elle décide de tout arrêter. Ou plutôt de tout recommencer. La jeune femme décide de changer radicalement son mode d’alimentation. Aujourd’hui, elle est, d’après ses médecins, en rémission totale.

Une alimentation plus fraîche, locale, et du fait-maison

Quand la maladie a été diagnostiquée, Jeanne a suivi un traitement à base de cortisone. Au départ, la solution paraît miraculeuse : plus de fatigue car le traitement excite, l’appétit revient, les symptômes disparaissent. Mais au bout de quelque temps son visage gonfle beaucoup, surtout dès que les doses diminuent, tout recommence.
Elle a ensuite suivi un traitement à base d’immunosuppresseurs, qu’elle a mal supporté. Quant on lui a proposé un traitement anti TNF alpha, la jeune femme refuse :« ça me faisait peur, il y avait beaucoup de contraintes et d’effets secondaires. » Elle décide alors de changer radicalement son mode d’alimentation. Une naturopathe et un ostéopathe lui avaient recommandé de le faire, cette fois elle se sent prête.

Une alimentation quasi-végétarienne

Fini les plats préparés et autres sucreries, elle mange du local, de saison, et du fait maison.« Je suis quasiment végétarienne, je mange des œufs une fois par semaine, mais plus du tout de produits laitiers ». Au bout de trois mois, les effets se font sentir. « Je n’étais plus la même personne », explique-t-elle. L’état de sa peau s’est amélioré, elle n’avait presque plus de nausées, était moins fatiguée.
Aujourd’hui, elle se dit guérie. En février dernier, lors de sa dernière colioscopie, tous ses ulcères s’étaient résorbés. « J’ai changé de mode de vie au bon moment, je n’avais pas subi de chirurgie pour la maladie, et je n’avais pas beaucoup d’ulcérations creusantes, c’était plus facile d’agir », souligne-t-elle. Désormais, elle veut partager son expérience.

Alimentation et maladies auto-immunes

Plusieurs études montrent que l’activité physique et le changement d’alimentation permettent d’observer des changements du microbiote intestinal, et avoir un microbiote riche et bien équilibré aiderait à mieux maîtriser les poussées de la maladie auto-immune.
Ainsi, dans la sclérose en plaque, une étude a montré que les personnes qui avaient l’alimentation la plus saine étaient aussi celles le moins de poussées et de handicap physique. Il n’y a pas de causalité établie, mais il y a un lien statistique entre les 2.
La définition d'un régime alimentaire sain consistait à manger plus de fruits, de légumes, de légumineuses, de grains entiers et moins de sucre à partir de desserts et de boissons sucrées, moins de viande rouge et de viande transformée.

Le cas de Jeanne est un cas particulier. Jusqu’à maintenant, l’alimentation est plutôt d’un traitement d’appoint dans les maladies auto-immunes et le régime idéal n’est en rien un régime d’exclusion.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité