Publicité

QUESTION D'ACTU

Don de sang

Donner son sang à Noël : indispensable à cette période générosité

C'est important de prendre quelques minutes pour donner  son sang, tout simplement, parce que l’on estime que cela sauve chaque année plus d’un millions de gens, et pas que des accidentés de la route… Mais malheureusement, malgré tous les appels à notre générosité… on en manque toujours un peu et beaucoup à Noël.

Donner son sang à Noël : indispensable à cette période générosité lightpoet / Epictura

  • Publié 25.12.2017 à 12h51
  • |
  • |
  • |
  • |


Ce ne sont pas les urgences, comme les accidents de la route, qui sont les principaux bénéficiaires. Elles ne représentent que 12% des besoins. En fait les receveurs se partagent en deux groupes. Le premier est celui des maladies du sang. Les anémies par exemple. Et puis, ce que l’on ignore souvent, les gens qui souffrent d’un cancer. Quelle que soit son origine d’ailleurs, puisque ce sont les médicaments de chimiothérapie qui abiment des cellules sanguines et provoquent des anémies extrêmement fatigantes. Contre lesquelles on lutte avec des transfusions.

Les salles de chirurgies utilisent le reste des dons pour les accouchements qui demandent aussi de nombreuses transfusions.

Mais si on devait retenir un chiffre, on sauve un million de vies par an, grâce au don de sang. Imaginez le drame si le sang venait à manquer… Pas une famille n’y échapperait, puisqu’il n’existe, à ce jour, aucun produit capable de remplacer le sang humain. Et si on parle toujours en premier des accidents de la route, c’est tout simplement parce qu’il s’agit d’une demande urgente, vitale qui fait peser une menace réelle parce que le stockage est le problème. Le don est divisé en plusieurs parties qui n’ont pas les mêmes durées de conservation : Les plaquettes, qui servent à lutter contre les hémorragies, c’est cinq jours ; 42 jours pour les  globules rouges,  le reste, le plasma, c’est à dire la partie liquide, peut rester congelé pendant un an. Mais les stocks sont vites menacés.

Le prélèvement est parfaitement encadré et on peut affirmer que lorsque le feu vert est donné, il n’y a aucun risque de donner son sang.

Il est  juste conseillé de ne pas pratiquer d’activités fatigantes ou à risques comme la conduite prolongée ou le sport, dans les heures qui suivent un don de sang.

Qui peut donner ?

Pour le sang total, il faut avoir entre 18 et 70 ans. Après 60 ans, le don est nécessairement soumis à l'approbation du médecin qui prélève. Pour donner son plasma ou ses plaquettes, il faut avoir entre 18 et 65 ans.

 L’organisme remplace en quelques heures la quantité  de globule rouge prélevée. C’est plus long pour les plaquettes, ce qui explique le délai de 8 semaines minimum entre deux dons de sang total.

On peut aussi donner son propre sang pour soi même, avant une opération, mais cette « autotransfusion » est moins pratiquée en France qu’aux Etats Unis, par exemple, où le sang à un coût pour le malade.

 

 

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité