Publicité

QUESTION D'ACTU

À l'hôpital civil de Strasbourg

Drogues : la salle d'injection de Strasbourg fait ses preuves

Un an après son ouverture, la salle de consommation de drogue à moindre risque de Strasbourg dresse son premier bilan. Et les résultats sont plutôt encourageants. 

Drogues : la salle d'injection de Strasbourg fait ses preuves ISA HARSIN/SIPA

  • Publié 02.12.2017 à 11h20
  • |
  • |
  • |
  • |


Déjà plus d'un an que la salle de consommation à moindre risque (SCMR) de Strasbourg Argos a ouvert ses portes. Après son inauguration le 7 novembre 2016, le comité de pilotage de l'établissement livre son premier bilan qu'il qualifie de « réussite en terme de tranquillité publique ». En l'espace d'un an, la salle Argos a reçu 391 patients, 183 maladies infectieuses ont été détectées et aucun décès n' a été enregistré. 

Adressée en priorité aux consommateurs de drogues les plus défavorisés, la SNMR vise à attirer ces personnes afin qu'elle puissent consommer de la drogue en toute sécurité. L'association Ithaque spécialisée dans les soins de prévention en addictologie qui gère les lieux recense à ce jour 391 usagers réguliers, pour une fréquence de passage comprise entre 50 et 80 visites quotidiennes. « On a réussi à toucher la population qu'on cherchait à toucher », a souligné Alexandre Feltz, adjoint au maire de Strasbourg chargé de la Santé, en réaction à ce premier bilan d'activité.

À son ouverture, la salle strasbourgeoise dénombrait une trentaine de passages journaliers, dont une majorité de personnes qui s’injectent de la cocaïne. Les femmes représentent plus d’un tiers de ce public, âgé de 30 à 45 ans en moyenne. 

183 maladies infectieuses dépistées

La fréquentation de la salle a permis de dépister 183 maladies infectieuses, dont le virus du VIH. Les tests ont également permis de détecter 13 cas d'hépatite C et des centaines d'usagers ont été reçus pour des consultations avec les médecins et infirmiers d'Ithaque (écoute, soins, entretiens psychiatriques…). 

En France, les salles de consommation à moindre risque sont autorisées depuis la loi santé adoptée en décembre 2015 dans le cadre d’une expérimentation prévue pour 6 ans. La SMRC de Strasbourg est la deuxième salle de France à avoir vu le jour, après celle de Paris inaugurée le 14 octobre 2016 sur le site de l'Hôpital Lariboisière (10e arrondissement). Une troisième salle ouvrira ses portes début 2018 à l'hôpital Saint-André de Bordeaux. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité