Publicité

QUESTION D'ACTU

Saturnisme

L'Anses préconise d'abaisser la dose critique d'exposition au plomb

Le plomb est partout dans notre environnement : alimentation, eau, peinture, poussières... Les effets sur la santé sont perceptibles dès la 1ère exposition à ce métal. Pour l'Anses, la dose critique doit être abaissée.

L\'Anses préconise d\'abaisser la dose critique d\'exposition au plomb OBARD/SIPA

  • Publié 05.04.2013 à 16h57
  • |
  • |
  • |
  • |


Il y a quinze ans, un enfant était déclaré atteint de saturnisme quand son taux de plomb dans l’organisme atteignait les 150mg/L. Aujourd’hui, la maladie est reconnue à partir de 100mg/L. Mais, il faudrait encore abaisser ce seuil, si l’on en croit le dernier avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Pour le collectif d’experts, il n’y a plus de doute : « Les études montrant les effets du plomb sur la pression artérielle et sur la fonction rénale chez l’adulte et celles montrant des déficits au niveau du système nerveux central chez l’enfant constituent une base scientifique suffisamment robuste pour conclure à des effets néfastes du plomb inférieures à 100μg/L. »
« Il était temps, déclare le Dr Bernard Jomier, médecin généraliste et maire-adjoint Europe-Ecologie-les verts dans le 19ème arrondissement de Paris . Cela fait presque dix ans que l’on sait que les effets sur la santé se font sentir bien avant 100mg/L. En fait, plus l’intoxication au plomb est importante, plus les tests psychomoteurs se dégradent, et ça dès une valeur de 10/15μg/L », insiste le Dr Jomier.


En fait, le plomb est un métal lourd toxique, présent dans les denrées alimentaires, l'eau de boisson, mais aussi dans nos sols, nos murs, via d'anciennes peintures... Or, dès que l’on dépasse la valeur 0, qui est la valeur naturelle, il y a des effets sur la santé. Le plomb s’attaque au cœur, aux reins, au cerveau, au sang mais aussi à nos capacités reproductrices. Même en-dessous du seuil actuel de 100μg/L, le rapport de l’Anses est formel, il y a un risque d’augmentation de la pression artérielle, voire d’hypertension, de maladie rénale chronique, et d’altération des fonctions cognitives. « Chez l’enfant, cela peut se manifester par une baisse des performances scolaires, une diminution du quotient intellectuel, des troubles comportementaux ainsi que par une altération de la fonction auditive », rappellent les experts de l’Anses.
Pour protéger la population de ces risques, le seuil de 100μg/L doit donc être abaissé. Pour l’Anses, il serait donc souhaitable de descendre à 15μg/L.


Ecoutez Jean-Nicolas Ormsby, directeur adjoint de l’évaluation des risques de l’Anses :« Dès la 1ère exposition, il peut y avoir des effets sur la santé mais à partir de 15μg/L, il nous semble que l’on pourrait protéger l’ensemble de la population. »



Pour autant, l’agence de sécurité sanitaire ne préconise pas que l’on pose le diagnostic de saturnisme à partir de ce nouveau seuil. C’est aux autorités sanitaires d’en décider. Mais, pour le Dr Jomier, « tout enfant qui a une plombémie supérieure à 15 doit être mis sous surveillance. Cela ne signifie pas qu’il faut le traiter. En revanche, une enquête environnementale s’impose pour savoir d’où vient le plomb et soustraire l’enfant à cette exposition. » Encore faut-il savoir quels sont les enfants à risques ? A ce niveau d’intoxication, aucun symptôme ne peut mettre un parent ou même un médecin en alerte.


Ecoutez le Dr Bernard Jomier, médecin généraliste, spécialiste du saturnisme : « Quand un enfant habite dans un logement dégradé, il ne faut pas hésiter à faire une mesure du plomb. »



La lutte contre l’exposition au plomb ne date certes pas d’aujourd’hui. Grâce à l’arrivée de l’essence sans plomb ou encore à la lutte contre l’habitat insalubre, la prévalence du saturnisme est passée, en 15 ans, de 2,1% à 0,11% chez les enfants de 1 à 6 ans. Des chiffres qui seront évidemment revus à la hausse si le seuil, à partir duquel le saturnisme est déclaré, change.
Mais, pour l’Anses, il faut aller plus loin et « poursuivre les efforts visant à limiter l’exposition de la population au plomb ». Quels efforts ? « Il est trop tôt pour le dire, indique Jean-Nicolas Ormsby, directeur adjoint de l’évaluation des risques de l’Anses. Nous savons que l’exposition alimentaire est la voie principale d’exposition au plomb. En revanche, nous manquons de données sur les poussières dans les logements, sur les peintures écaillées ou encore sur les sols contaminés par le plomb. »
Seule certitude, le plomb fait partie de notre environnement quotidien et même si les quantités de métal dans l’eau de boisson sont par exemple faibles, c’est l’accumulation au fil du temps qui fait des dégâts. Des mesures ont déjà été prises puisque depuis le 25 mars 2013, tous les propriétaires et gestionnaires de bien immobiliers devraient avoir remplacé leurs canalisations en plomb. Mais, les travaux sont coûteux et cette norme européenne risque fort de mettre du temps à s'appliquer. Quant aux vieilles peinture contenant du plomb, elles ont évidemment disparu des rayons des magasins de bricolage. Mais, « à Paris, 75% du parc immobilier date d'avant 1948», souligne le Dr Jomier.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité