Publicité

QUESTION D'ACTU

Selon Agnès Buzyn

Ouragan Irma : trois urgences sanitaires à traiter

Bien que l'hôpital ne soit plus opérationnel, les blessés légers et les patients dialysés peuvent encore bénéficier de soins. 

Ouragan Irma : trois urgences sanitaires à traiter Jonathan Falwell/AP/SIPA

  • Publié 08.09.2017 à 17h46
  • |
  • |
  • |
  • |


Alors que l’ouragan Irma poursuit sa route vers Cuba et les Etats-Unis, le bilan s’alourdit à St Martin et St Barthélémy. Au moins 9 personnes ont perdu la vie, 7 sont disparues et 112 ont été blessées, dont 2 gravement, a annoncé le ministre de l’Intérieur ce vendredi 7 septembre.

Mais les autorités ne cessent de répéter que le bilan pourrait s’alourdir. Car les secours ont du mal à atteindre ces deux îles ravagées par l’un des plus puissants ouragans de l’histoire. Des centaines de pompiers, médecins, ou infirmières sur les quelques 1 000 personnes présentes pour assurer les secours n’ont pas pu embarquer sur les bateaux, en raison d’une mer trop déchaînée. Ce sont les premiers signes de l’ouragan José, qui devrait frapper les Antilles ce week-end.


Course contre la montre

Pour les équipes dépêchées sur place, une course contre la montre s’est enclenchée. « Il y a 3 urgences sanitaires à gérer : les blessés, les malades chroniques et l’accès à l’eau potable », a résumé Agnès Buzyn, la ministre de la Santé et des Solidarités sur le plateau de LCI ce vendredi après-midi, ajoutant que « l’urgence est à la reconstruction du minima vital ».

Dans ce chaos, la population de St-Martin peut encore se tourner vers son hôpital, bien qu’il ne soit plus opérationnel. « Le toit s’est envolé. Nous estimons qu’il a été détruit à hauteur de 70 % », a souligné la ministre.

Au cours des premières 24 heures, les blessés légers ont tout de même pu y être soignés. « En fin de journée, deux urgences absolues sont arrivées à l’hôpital, l’une a été prise en charge sur place tandis que l’autre a été acheminée au CHU de Guadeloupe ».
Une quinzaine de patients déjà hospitalisés avant le passage du cyclone ont également été rapatriés au CHU de Pointe-à-Pitre pour libérer des lits. L’établissement guadeloupéen s’apprête à en accueillir d’autres.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Continuer à soigner coûte que coûte

En parallèle, l’installation d’un groupe électrogène a permis de récupérer l’électricité. Ceci a notamment permis de remettre en état de marche le système de dialyse, un traitement indispensable pour une cinquantaine de patients insuffisants rénaux sur l’île de St martin. « Nous essayons de les localiser et de les faire venir à l’hôpital pour être soignés », a fait savoir Agnès Buzyn.

La priorité est maintenant d’acheminer des « médicaments indispensables à la vie » comme l’insuline pour les diabétiques ou les antihypertenseurs. Les stocks disponibles sur l’île auraient été anéantis par la tempête. « Des pharmacies ont été détruites, et d’autres pillés », a déploré la ministre.

L’envoi de packs d’eau est aussi l'une des priorités de la ministre, qui craint que la population soit contrainte de boire une eau impropre à la consommation. « Tant qu’il y aura un accès à l’eau potable, il n’y a pas de danger sanitaire », a-t-elle assuré, précisant qu’une équipe d’épidémiologistes avait été envoyée sur place pour éviter toute épidémies.

La ministre de la Santé aimerait également que des cellules médico-psychologiques soient mises en place rapidement. «  Chaque famille a été danger cette nuit-là. C’est un vrai traumatisme », a-t-elle déclaré.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité