Publicité

QUESTION D'ACTU

Rapport Insee

Fécondité : le nombre de naissances diminue en France

En 2016, la France enregistre 15 000 naissances de moins qu’en 2015. Les femmes accouchent de moins en moins dans la commune où elles habitent.

Fécondité : le nombre de naissances diminue en France deepspacedave/pictura

  • Publié 30.08.2017 à 16h53
  • |
  • |
  • |
  • |


784 000 : c’est le nombre de bébés nés en France au cours de l’année 2016, selon le dernier rapport de l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques). Le taux de natalité dans l’Hexagone a chuté pour la deuxième année consécutive. Par rapport à l’année 2015, l’Institut dénombre 15 000 naissances en moins, soit une baisse de 1,9 % – mais à ce jour, aucune conclusion n’en est tirée.

« Cette deuxième année de baisse ramène le nombre de naissances de 2016 à son niveau de 1999 sans atteindre le point bas de 1994 (741 000 hors Mayotte). Depuis le début des années 2000, le nombre de naissances varie entre 780 000 et 830 000 », peut-on lire.



Paris et Marseille en tête

La quasi-totalité (97 %) des naissances a lieu dans un établissement spécialisé (maternité ou hôpital). La réduction du nombre de maternités en France a des conséquences sur le lieu de naissance. En effet, certaines communes centralisent de très nombreux accouchements quand d’autres n’en comptabilisent aucune.

Ainsi, parmi les 35 900 communes françaises, seules 2 800 ont vu naître un bébé en 2016. Parmi celles-ci, 2 200 n’ont vu naître qu’un ou deux bébés dans l’année.

Au contraire, les 200 communes françaises qui enregistrent le plus grand nombre de naissances voient naître près de quatre bébés sur cinq (79 %) et les 500 premières communes regroupent la quasi-totalité des naissances (99,6 %).
Paris est la ville où le nombre de naissances est le plus élevé (42 000). Trois autres communes enregistrent 10 000 naissances ou plus dans l’année : Toulouse (15 000), Marseille (14 000) et Lyon (10 000).


Les femmes n’accouchent pas dans leur ville

Entre 1975 et 2015, près des deux tiers des maternités ont fermé. Ces fermetures se sont accompagnées d’un accroissement de la taille des maternités restantes. Du fait de cette concentration des établissements, la part des naissances enregistrées dans les communes de moins de 10 000 habitants est passée de 15 % en 1975 à 9 % en 2016. Dans le même temps, celle des naissances enregistrées dans les communes de plus de 50 000 habitants est passée de 44 % en 1975 à 50 % en 2016.

Du fait de la concentration des maternités, seuls trois bébés sur dix (28 %) naissent dans la commune où réside leur mère. Toutefois, les femmes accouchent rarement en dehors de leur département de domicile : neuf nouveau-nés sur dix (87 %) naissent dans le département où réside leur mère. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité