Publicité

QUESTION D'ACTU

Michel Sidibé

VIH : un séropositif sur deux a accès au traitement dans le monde

ENTRETIEN – L’année 2016 marque une étape dans la lutte contre le VIH. La mortalité liée au Sida a chuté de 50 % et les nouvelles infections reculent.

VIH : un séropositif sur deux a accès au traitement dans le monde SIPANY/SIPA

  • Publié 22.07.2017 à 09h54
  • |
  • |
  • |
  • |


Sans crier à la victoire, les cadres de la lutte contre le VIH/sida se laissent, pour la première fois, aller à l’optimisme. Le dernier bilan de l’épidémie, rendu publics ce 20 juillet par l’Onusida, justifie largement cet enthousiasme.

Parmi les personnes vivant avec le VIH, une sur deux bénéficie d’un traitement antirétroviral, qui permet de contrôler sa maladie. Du jamais vu. Et cette meilleure prise en charge a eu un impact majeur sur la vie des séropositifs, dont l’espérance de vie s’est rallongée de 10 ans.

Dans le même temps, la courbe de l’épidémie a marqué le pas. Le nombre de nouveaux diagnostics a reculé de 29 % depuis 2010. Les décès liés au sida, eux, ont chuté de 42 % sur la même période.

Le monde est donc en bonne voie pour atteindre l’objectif phare de l’Onusida : 90-90-90. Autrement dit, que 90 % des séropositifs en soient avertis, que 90 % de ceux-ci soient traités, et que 90 % de ces derniers aient une charge virale supprimée. 7 pays ont déjà atteint cet horizon : Botswana, Cambodge, Danemark, Islande, Singapour, Suède, Royaume-Uni.

A l’inverse, certaines régions se distinguent par leur difficulté à faire face à l’épidémie, comme l’Europe de l’Est ou l’Afrique de l’Ouest. Michel Sidibé, directeur exécutif de l’Onusida, tire les enseignements de ces chiffres.

Les progrès ont été énormes contre le VIH…

Michel Sidibé : Pour la première fois, le rapport montre que nous sommes en train de briser la colonne vertébrale de l’épidémie. La réduction de 50 % de la mortalité liée au sida, c’est le succès qu’on attendait depuis des années. Grâce à la société civile, l’innovation et la solidarité, nous avons été capables de transformer la lutte, tout en préservant les droits humains et en baissant le prix du médicament.

Cela nous a permis de placer plus de personnes sous traitement. En 2003, à peine 4 % de la population était sous traitement. Aujourd’hui, 19,5 millions de personnes sont traitées. C’est une victoire extraordinaire, qu’il faut célébrer.

Ecoutez...
Michel Sidibé


Quelles sont les zones d’amélioration ?

Michel Sidibé : En Europe de l’Est et en Asie centrale, on constate une augmentation rapide des nouvelles infections. Sur les 6 dernières années, la hausse est de 60 %. La seule fédération de Russie rassemble 80 % de ces nouveaux cas. Et malheureusement, en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, le progrès n’est pas aussi rapide qu’en Afrique de l’Est ou en Afrique australe.

Qu’est-ce qui explique cela ?

Michel Sidibé : L’épidémie est concentrée dans les populations clés, et on a beaucoup de mal à les intégrer dans la lutte pour une meilleure couverture. Les lois existantes ne leur donnent pas la chance d’accéder aux services. Donc, elles se cachent et continuent à infecter leurs partenaires. Pour changer ces lois, il faut un leadership politique au plus haut niveau.

Ecoutez...
Michel Sidibé
Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Comment améliorer le bilan dans ces régions ?

Michel Sidibé : Le plan de rattrapage adopté par l’Union africaine doit être mis en œuvre. Pour cela, il faut mobiliser plus de ressources. L’an dernier, l’Afrique australe et l’Afrique de l’Est ont reçu 9,6 milliards de dollars pour combattre l’épidémie. L’Afrique de l’Ouest, elle, a reçu 2,1 milliards de dollars. Il y a donc un problème de déficit au niveau des ressources financières. Elles doivent être mobilisées chaque année, sur les 5 prochaines années, pour que le plan de rattrapage devienne une réalité.

7 pays ont déjà atteint l’objectif 90-90-90. Comment ?

Michel Sidibé : Ils ont été inclusifs. Ils ont intégré la société civile, revu leur budget, et investi à partir des budgets locaux. L’Afrique du Sud, par exemple, a le plus gros programme de traitement au monde, mais elle a injecté 2 milliards de dollars à partir du budget domestique. Mais le plus important, à mes yeux, c’est le fait que l’espace ouvert aux activistes a été protégé.

Cet espace, malheureusement, se réduit comme peau de chagrin. Il faut que la société civile continue d’être une force de changement et de démocratisation. On a appris, grâce à elle, qu’il n’y a pas de transparence, d’obligation de rendre compte ou de résultat sans société civile.

Ecoutez...
Michel Sidibé
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité