Publicité

QUESTION D'ACTU

Formes métastasées

Cancer de la prostate : réduction de la mortalité de 38 % grâce à l'abiratérone

Une étude présentée au congrès international d'oncologie clinique révèle que l’abiratérone réduirait la mortalité des cancers de la prostate métastasés.

Cancer de la prostate : réduction de la mortalité de 38 % grâce à l'abiratérone arskajuhani/Epictura

  • Publié 05.06.2017 à 13h41
  • |
  • |
  • |
  • |


Chaque année, les cancers de la prostate touchent 55 000 hommes en France, et tuent dans presque un cas sur sept. Les résultats d’une étude clinique, présentés à Chicago, au congrès de la Société américaine d’oncologie clinique (ASCO) ce dimanche, révèlent l’efficacité d’un nouveau traitement.

L’abiratérone, une hormonothérapie de nouvelle génération qui empêche la production d’hormones masculines, permettrait de réduire la mortalité de 38 % à deux ans et demi. Elle limiterait aussi les rechutes de moitié.

Des résultats majeurs

« Même si le cancer de la prostate est très sensible à une hormonothérapie (classique, ndlr), nous savons que les inhibiteurs de testostérone n’éradiquent pas complètement toutes les cellules cancéreuses, et qu’il reste une production d’hormone résiduelle, explique le Pr Karim Fizazi, chef du département d’oncologie médicale de l’Institut Gustave-Roussy, qui a mené l’étude bientôt publiée dans le New England Journal of Medicine.

« Ces résultats majeurs vont changer la prise en charge des patients diagnostiqués d’emblée d’un cancer métastatique de la prostate », ajoute-t-il. Obtenus sur 1 200 patients issus de 34 pays, ils apportent en effet du nouveau dans des protocoles qui ont peu évolué depuis 70 ans, rappelle l’Institut dans un communiqué.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Meilleure survie, moins de complications

Le traitement classique de ces cancers reposait jusqu’à récemment sur une hormonothérapie conventionnelle, destinée à inhiber la production de testostérone par les testicules. Pour l’essai LATITUDE, les patients ont reçu, en plus du traitement classique, de l’abiratérone et de la prednisone (pour limiter les effets secondaires de l’abiratérone : hypertension et diminution du taux de potassium), ou un placebo.

Et en plus d’une amélioration de la survie, les résultats montrent que ce cocktail limite les complications liées à la maladie, et retarde en particulier l'impact sur les os.

Actuellement utilisée en dernier recours chez des patients résistants à l’hormonothérapie, en cas de rechute ou après une chimiothérapie, l’abiratérone bénéficie déjà d’une autorisation de mise sur le marché (AMM) depuis 2012. Sa sûreté et ses effets secondaires sont donc déjà connus.

15 % des cancers de la prostate

« L’avantage de ce médicament est qu’il s’agit d’un traitement oral qui est habituellement bien toléré, ajoute le Pr Fizazi. Ces résultats importants sont une très bonne nouvelle pour ces patients et nous pensons que le bénéfice sera encore meilleur avec un suivi plus long. »

Une étude britannique actuellement en cours, et portant sur 2 000 patients, devrait d’ailleurs les confirmer. Ses responsables parlent d’une diminution de la mortalité similaire (37 %), d’une baisse des rechutes de près de 70 %, et des complications osseuses de 50 %.

Une bonne nouvelle pour les 10 à 15 % de patients dont le cancer de la prostate est diagnostiqué à un stade métastatique.

 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité