Publicité

QUESTION D'ACTU

Les spécialistes en colère

Prison : les programmes d’échange de seringues enterrés

Les associations de réduction des risques et d’addiction réclament la mise en œuvre des programmes d'échange de seringues en prison.

Prison : les programmes d’échange de seringues enterrés Darrenp/epictura

  • Publié 29.03.2017 à 19h21
  • |
  • |
  • |
  • |


Les promesses n’engagent que ceux qui y croient, dit-on. Les acteurs de la réduction des risques y ont cru, longtemps, très fort ; leur déception est à la hauteur de leurs espérances. « Sommes-nous naïfs », soupirent-ils. Les seringues en prison, prévues dans la loi santé, ce n’est pas pour aujourd’hui, qu’on se le dise. Promise depuis des années, cette mesure qui vise à éviter les infections et la mortalité parmi les usagers de drogues en détention a encore une fois été enterrée. Les toxicomanes prisonniers continueront d'utiliser leur stylo Bic pour se piquer.

Car c’est précisément ce qu’il se passe actuellement. L’image a été transmise avec un communiqué, regroupant des associations d’usagers, de réduction des risques, des professionnels de l’addictologie et de la santé en milieu pénitentiaire*. Elle est accompagnée d’une légende évocatrice : « Voilà avec quoi on s’injecte en détention ».



Le mythe du sevrage instantané

Mais le dossier reste entaché de moralisme et d’idéologie, auxquels s’ajoute la fronde des surveillants de prison. « Une fois de plus, la direction de l’administration pénitentiaire, bien soutenue par son ministère de tutelle, a accompli son récurrent ouvrage : saboter le processus aboutissant à la mise en place de programmes de seringues en prison », déplorent les auteurs du communiqué.

A ce jour, les arbitrages du ministère de la Justice et du Premier ministre ne tiennent pas compte des programmes d’échange de seringues, qui permettraient de récolter les seringues usagées et de fournir du matériel propre aux usagers. Non pas parce que "c’est la fête", mais bien parce que les risques qu’ils prennent en s’injectant des produits selon des méthodes artisanales sont trop élevés.
Ainsi, les études scientifiques ne cessent de démontrer l’efficacité de ces programmes de réduction des risques, en prison comme ailleurs.

« Personne n’ose même plus affirmer qu’il n’y a pas de drogues en prison, poursuivent les associations. Des usagers de drogues sont en prison et n’ont pas accès à la totalité des dispositifs de prévention du VIH et des hépatites et de soins disponibles en milieu ouvert. L’entrée en prison de l’injecteur de drogues ou le miracle du sevrage instantané… »

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

"Vieille tante réactionnaire"

Nul sevrage, en fait, mais du matériel improvisé et des injections sur les parties basses (jambe, pied, artère fémorale…), dissimulables sous des vêtements, mais dans les zones les plus dangereuses. « Les dommages sont terribles et l’administration pénitentiaire ferme les yeux », déplorent les auteurs, qui alertent sur les risques pour les populations concernées. 

Les auteurs demandent donc l’application de la loi santé, qui prévoit ces programmes ; ils réclament qu'ils soient bien mis en œuvre par le ministère de la Santé, et non par la DAP (Direction de l'administration pénitentiaire).

Finalement, ils ne perdent pas tout à fait espoir. « La réduction des risques en prison est possible. Les expériences internationales le prouvent et comme en ce qui concerne les salles de consommation, la France cessera un jour d’être la vieille tante réactionnaire de la politique des drogues ».


*AIDES ; APSEP (Association des Professionnels de Santé Exerçant en Prison), ASPMP (Association des Secteurs de Psychiatrie en Milieu Pénitentiaire), ASUD (Association Auto-Support usagers de drogues), Fédération Addiction, OIP (Observatoire International des Prisons), Sidaction, SOS Hépatites, TRT5 (Groupe interassociatif traitements & recherche thérapeutique). 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité