Publicité

QUESTION D'ACTU

A base de sel de table

Un chercheur conçoit un masque chirurgical tueur de virus

Un chercheur a amélioré de façon innovante des masques chirurgicaux pour leur permettre de tuer les virus, grippaux notamment. Il a utilisé le sel de table.

Un chercheur conçoit un masque chirurgical tueur de virus UAlberta.ca

  • Publié 06.01.2017 à 17h56
  • |
  • |
  • |
  • |


Un chercheur de l'Université de l'Alberta (Canada) a transformé des masques chirurgicaux en tueur de virus. Et dans sa formule magique, ce scientifique a fait appel à un ingrédient surprenant, plus souvent utilisé pour assaisonner un steak ou une margarita. Il s'agit bien du sel présenté comme un exterminateur de virus.

Plus précisément, la recherche est l'oeuvre de l'équipe du Dr Hyo-Jick Choi. Un revêtement de sel (chlorure de sodium) peut, selon elle, améliorer considérablement l'efficacité du masque chirurgical contre divers agents pathogènes (H1N1, H5N5, etc.)

Efficace en cinq minutes... 

«  La membrane filtrante (du masque) ne désactive pas le virus, mais quand il est traité avec du sel, le virus perd son infectiosité dans les cinq minutes », a déclaré le Pr Choi, du département de génie chimique et des matériaux de l'Université de l'Alberta.

Au départ de ses travaux, l'homme est parti du constat que les personnes qui portent actuellement des masques pour arrêter la propagation de maladies (telles que la grippe et le SRAS) ne sont pas aussi bien protégées qu'elles l'imaginent.

Lorsqu'une personne tousse ou éternue, les masques existants peuvent en effet bloquer les gouttelettes chargées de virus qui sont expulsées. Pourtant, le virus continue à vivre à la surface du masque, ce qui en fait une source potentielle de contamination. Ne serait-ce que pour la personne qui manipule l'objet. C'est sans parler du porteur du masque qui beigne naturellement dans une piscine de virus. C'est justement pour éviter cela qu'un revêtement de la membrane fibreuse du masque imprégné de sel peut aider.

... contre la grippe H1N1, H5N1, etc. 

Dans ces masques spécialement traités, les gouttelettes d'une toux ou d'un éternuement dissolvent initialement le sel. Puis après un court laps de temps, l'humidité commence à s'évaporer. Pendant le processus d'évaporation, les ions de sel se rassemblent pour former à nouveau le cristal . Les cristaux poussent alors très fortement et ils détruisent physiquement le virus.

Le Pr Choi avance même que sa méthode serait plus efficace que celle consistant à associer un masque chirurgical à un agent biologique anti-viral. Celui-ci est contraignant car il doit être modifié fréquemment afin de correspondre aux mutations des virus.

« De plus, la capacité du sel à détruire complètement le virus signifie que chaque masque pourrait être utilisé plusieurs fois, alors que ceux actuels doivent être jetés comme un danger biologique après chaque utilisation », ajoute-t-il.

 

Un procédé de revêtement perfectible

Le concept de revêtement de sel peut donc fonctionner, même si de nombreux défis doivent encore être surmontés avant que ces masques ne soient utilisés par les professionnels de la santé ou le public. Le Pr Choi explique tout d'abord que « comme c'est fréquent avec les masques chirurgicaux il y un problème de respirabilité avec le dispositif ».

« Les masques avec une couche de sel plus épaisse sont plus efficaces, mais ce revêtement rend plus difficile le fait d'inspirer suffisamment d'air pour respirer correctement. Il peut également ne pas fonctionner dans des environnements humides, où il peut se dissoudre », détaille-t-il.

Pour l'instant, le chercheur continue de récolter des fonds afin de poursuivre la prochaine étape de sa recherche. Dans l'attente, il a tout de même reçu un brevet provisoire pour la technique. Ces tests inédits menés sur des souris en Corée du Sud ont été publiés dans la revue Scientific Reports

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité