Publicité

QUESTION D'ACTU

Virus H3N2

Grippe : le nombre de cas en EPHAD devrait augmenter

Les établissements pour personnes âgées sont particulièrement touchés par la grippe. Appliquer les mesures de protection rapidement est primordial pour limiter la mortalité.

Grippe : le nombre de cas en EPHAD devrait augmenter Lighthunter/Epictura

  • Publié 06.01.2017 à 16h33
  • |
  • |
  • |
  • |


Les années passent et les épidémies changent. L’an passé, la grippe avait ainsi attendu la fin du mois de janvier pour passer le seuil épidémique, alors que le « cru » 2016/2017 sévit déjà depuis la mi-décembre. Bientôt 600 000 Français auront consulté pour des symptômes grippaux. Le virus qui circule principalement, H3N2, cible particulièrement les plus fragiles, en premier lieu les séniors. Les établissements qui accueillent des personnes âgées sont donc en première ligne. L’application des mesures de prévention reste primordiale pour limiter la mortalité, qui pourrait être importante cette année.

Des cibles privilégiées

Les seniors paient déjà un lourd tribut : le dernier bulletin de Santé publique France indiquait que, parmi les personnes ayant dû être hospitalisées, 14 % ont entre 65 et 79 ans et 63 % ont plus de 80 ans. Les plus de 65 ans représentent également la majorité (70 %) des cas graves qui ont nécessité une prise en charge dans un service de réanimation.

L’agence sanitaire note également qu’au cours des deux dernières semaines de 2016, 65 foyers de grippe ont été déclarés dans des collectivités de personnes âgées. « Ce n’est pas étonnant, relève Bruno Lina, responsable du Centre national de référence de la grippe à Lyon (Rhône). H3N2 est connu pour être responsable d’épidémies dans les EHPAD. Quand ce virus circule majoritairement, on observe toujours une recrudescence dans les collectivités de personnes âgées. »

Réactions trop tardives

Les infections respiratoires aigües (IRA) restent la première cause de mortalité infectieuse en EHPAD, ainsi que la première cause infectieuse de transfert à l’hôpital, soulignait le Haut conseil de santé publique dans des recommandations éditées à l’été 2012.
Lorsqu’un pensionnaire présente une IRA, la marche à suivre par les directeurs d’établissement fait l’objet d’un protocole incluant des mesures d’hygiène, des mesures « barrière » et l’usage éventuel d’un traitement antiviral. Ceci afin de limiter les complications pour la personne infectée, et d’éviter la propagation du virus.

Des mesures qui pourraient avoir été négligées dans certains établissements, au vu des contaminations nombreuses de ces dernières semaines. « Il est très important d’être réactif dès le début de le début de l’épidémie car cela permet de la maîtriser, insiste Bruno Lina. On ne subit pas une épidémie sans rien faire, sinon on peut avoir des conséquences en terme de mortalité et de morbidité qui peuvent être très lourdes.»

Pour le spécialiste, les recommandations du HCSP ne sont pas toujours bien suivies, voire même pas bien connues par certains coordinateurs des établissements pour personnes âgées. « Quand il y a une quarantaine de cas dans un établissement, c’est que le problème n’a pas été pris en compte à temps, tranche Bruno Lina. La confirmation virologique doit être demandée dès les premiers cas, pour appliquer les mesures adéquates. Les EHPAD qui le font arrivent à limiter les cas à 5 ou 6. »

 

Mortalité élevée

Les conséquences pour les pensionnaires des maisons de retraite les plus fragiles peuvent être lourdes. Attraper la grippe à plus de 85 ans, quand on souffre de plusieurs pathologies, peut marquer l’entrée dans la dépendance. Par ailleurs, « quand une épidémie de H3N2 se déclare dans un EHPAD, environ 10 % des personnes contaminées en décèdent », estime Bruno Lina.

Le pic épidémique n’a pas encore été atteint, et ne devrait l’être que dans une à deux semaines, selon les projections. Le nombre de cas de grippe en EHPAD va donc encore augmenter. « Si ce que l’on observe actuellement en Auvergne-Rhône-Alpes [région la plus touchée, ndlr], venait à se reproduire dans les autres régions, il faut s’attendre à ce que les EHPAD soient touchés de manière importante, commente Bruno Lina. Il faut donc aussi se préparer à ce les hôpitaux se retrouvent sous pression ; les hospitalisations sont toujours plus nombreuses quand il s’agit de patients âgés que lorsque les malades sont des enfants ou des adultes jeunes. »
Depuis le début de l’épidémie, la grippe a conduit à plus de 1000 hospitalisations et déjà causé 22 décès dans l’Hexagone.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Publicité

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité