Publicité

QUESTION D'ACTU

Régime occidental

Grossesse : l'alimentation de la mère peut favoriser l'obésité de l'enfant

Chez des rats, des chercheurs ont montré que les petits exposés in utero au régime occidental sont plus sujets à l'obésité. En outre, la fertilité des mères serait perturbée. 

Grossesse : l'alimentation de la mère peut favoriser l'obésité de l'enfant nd3000/epictura

  • Publié 23.12.2016 à 15h57
  • |
  • |
  • |
  • |


L’alimentation de la mère durant la grossesse influence le risque d’obésité de l’enfant plus tard dans la vie, à en croire une étude publiée dans l’American Journal of Physiology. Des chercheurs de l’Institut The Scripps (Etats-Unis) viennent de montrer chez l’animal que le régime alimentaire occidental favorisait l’excès de poids chez la génération suivante.

Les scientifiques ont observé cet impact en étudiant deux lignées de rats, l’une sélectionnée pour leur résistance à l’obésité et l’autre justement connue pour grossir facilement. Dans les deux groupes, certains de ces animaux ont été nourris avec une alimentation occidentale riche en acides gras saturés (les "mauvaises" graisses), de hydrates de carbone (sucres) et de protéines, tandis que d’autres ont suivi un régime faible en graisses et riche en céréales.


Des ratons plus sujets à l'obésité

Il apparaît alors que les femelles nourries à l’occidental avant et pendant leur gestation et durant l’allaitement sont plus susceptibles de donner naissance à des ratons sujets à l’obésité tout au long de leur vie. Cette observation a été faite même si les mères mangeaient des rations raisonnables, ne grossissaient pas et ne présentaient pas de diabète gestationnel.

Ces résultats ont surpris les chercheurs car des travaux précédents ont montré que les enfants sont plus susceptibles d’être obèses si la mère l’est elle aussi. Mais ces travaux suggèrent que le simple fait de manger trop gras et trop sucré peut favoriser les troubles métaboliques chez les enfants à naître.

Le suivi au long terme des petits rats montre également que ces animaux sont « programmés » pour prendre du poids tout au long de leur vie. Et même si ces animaux perdaient du poids pendant l’adolescence et au début de l’âge adulte, ils conservaient une propension à prendre du poids, et un appétit d’ogre. Résultat : l’obésité s’installait au milieu de l’âge adulte.


Fertilité perturbée

Par ailleurs, les chercheurs ont noté des différences intéressantes entre les parents sujets à l’obésité et ceux résistants à la prise de poids nourris à l’occidental. De fait, ce régime semble perturber la reproduction des femelles plus sujettes à l’obésité : une proportion moindre a eu des petits comparé aux femelles nourris plus sainement, et celles qui ont eu une descendance ont donné naissance à des portées de plus petite taille. « Cela supporte l’idée que le régime occidental favorise l’infertilité chez les femmes plus vulnérables », indique le Pr Eric Zorrilla, responsable des travaux.

Les chercheurs poursuivent maintenant leurs travaux pour mieux comprendre les mécanismes sous-jacents. Et bien que ces observations aient été faites chez des animaux de laboratoire, le Pr Zorrilla assure que les femmes ayant un projet de grossesse ou enceintes devraient surveiller leur alimentation. Les pères sont eux aussi concernés par cet avertissement, glisse le chercheur. Des études ont en effet montré que l’alimentation du père influençait aussi le risque d’obésité de l’enfant.

 

Retrouvez le numéro 6 du Supplément sur Grossesse : anticiper pour mieux gérer

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité