Publicité

QUESTION D'ACTU

ESMO Asia 2016

Cancer : les patients s’endettent pour se soigner

De nouvelles études montrent les difficultés financières auxquelles font face les patients atteints de cancer, même dans des pays riches où la couverture maladie est large.

Cancer : les patients s’endettent pour se soigner shirotie/epictura

  • Publié 18.12.2016 à 17h57
  • |
  • |
  • |
  • |


On surnomme ce phénomène « la toxicité financière du cancer ». En clair, les patients atteints de cancer finissent presque toujours par s'endetter. Il a en effet été prouvé que les patients atteints de cancer font face à des difficultés financières, et ce même dans les pays où les frais de santé liés au cancer sont largement pris en compte par la société, comme c'est le cas de la France.

Plusieurs études présentées lors du congrès de la société européenne d'oncologie (European Society for Medical Oncology) Asia 2016 de Singapour apportent un nouvel éclairage sur cette situation.

En Malaisie, 51 % des patients atteints de cancer en difficulté financière
Une étude réalisée en Malaisie a ainsi montré que plus de la moitié des patients qui ont survécu à un cancer dépensaient au moins un tiers du salaire annuel de leur foyer dans les traitements, les transports pour se rendre à l'hôpital et les frais de nourrice ou de crèche. Des dépenses qui mettent évidemment en grande difficulté financière les patients et leur famille.

Ces résultats sont basés sur 1 662 hommes et femmes ayant participé à l'étude Coûts dans l'Oncologie de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN Costs in Oncology Study). Plus de la moitié (51%) des patients toujours en vie un an après le diagnostic du cancer souffraient de difficultés financières.

L'origine de ces difficultés ? Dans ce cas de figure, elles proviennent du fait que les patients doivent payer eux-même pour les médicaments anticancéreux car la plupart de ceux-ci ne sont pas pris en compte par le gouvernement, ce malgré l'existence d'un système de santé et de la gratuité des soins.

Une situation pas limitée à la Malaisie
En commentaire de l'étude, le professeur Nathan Cherny, enquêteur principal de l'ESMO sur l'accès aux médicaments antinéoplastique, a déclaré que « malheureusement cette situation n'est pas limitée à la Malaisie. Des données qui vont bientôt être publiées indiquent que le poids des dépenses personnelles pour des médicaments qui ne sont pas sur la liste des traitements essentiels de l'Organisation mondiale de la Santé est substantiel dans la plupart des pays aux revenus moyens-élevés, comme la Malaisie ».

Ces problèmes sont « encore plus sévères dans les pays à revenus moyens et bas où les patients doivent payer eux-mêmes pour leurs soins, même dans le cas de traitements anticancéreux considérés comme essentiels », a-t-il rajouté.

Une étude pilote réalisée dans le département d'oncologie d'un hôpital australien a, elle, montré une autre facette de ces difficultés : la question du travail. Cette étude montre que trois quarts des patients  de cet hôpital atteints de cancer avaient déclaré une baisse de revenus du foyer après le diagnostique de la maladie. Les causes principales de cette baisse de revenus étaient les changements de conditions d'emplois, par exemple une baisse du nombre d'heures travaillées, voire un arrêt du travail ou une obligation de se mettre en retraite du fait de leur maladie.

Le rapport entre l'argent et le cancer est complexe et nécessite de plus larges enquêtes afin de faciliter la vie de ces patients et de leur famille.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité