Publicité

QUESTION D'ACTU

Mildeca

Lever le tabou des conduites addictives au travail

Les conduites addictives sont de plus en plus répandues dans les entreprises. Pour les prévenir, la Mildeca appelle le monde du travail à briser le tabou. 

Lever le tabou des conduites addictives au travail focuspocusltd/epictura

  • Publié 07.12.2016 à 19h03
  • |
  • |
  • |
  • |


Alcool, drogues, médicaments… Les addictions dans le monde du travail concernerait plus de 25 millions d’actifs qu’ils soient salariés du privé, « agents de la fonction publique, CDI comme CDD, populations précaires, mais aussi personnes à la recherche d’emploi », a rappelé Danièle Jourdain Menninger, la présidente de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca) lors de la 2ème journée de prévention des conduites addictives en milieu professionnel.

Une proportion loin d’être négligeable qui engage la responsabilité des entreprises et administrations pour prévenir ces comportements. « Les conduites addictives ne s’arrêtent pas à la porte des entreprises, souligne la présidente de la Mildeca. En modifiant les comportements, elles touchent à la performance des organisations à la santé au travail et à l’organisation collective ».


Pression du travail

De ce fait, la consommation de substances psychotropes ne doit pas plus être un tabou dans le milieu professionnel, et doit bénéficier d’actions de prévention. Mais dès lors comment l’aborder avec les salariés en difficulté ?
Pour Gladys Lutz, présidente d’Addictologie et travail, « agir en prévention impose de parler vrai », ce qui implique de sortir « du discours univoque sur la dangerosité de ces psychotropes ». Ces molécules sont à la fois des poisons mais aussi des remèdes, souligne-t-elle dans sa présentation.

Ces consommations sont en effet bien souvent vues par les salariés comme des solutions à leurs problèmes. Que ce soit l’alcool - le problème encore majeur -, le cannabis, les amphétamines ou les antidépresseurs, ces produits dangereux sont souvent pris pour atténuer la fatigue ou l’angoisse liées au travail, être plus performant et resté éveillé, ou au contraire trouver le repos et décompresser.

« C’est pourquoi il est important d’agir sur les facteurs des conduites addictives liés au travail. Cela nécessite une analyse des processus et des postes de travail, des habitudes et de la culture de l’entreprise et des modes de management », relève Danièle Jourdain Menninger. Un « diagnostic » qui doit se faire sans « stigmatisation », insiste la présidente de la Mildeca.


Le portail Addict'aide

La sensibilisation et la communication auprès du monde de l’entreprise est donc indispensable pour réussir à mettre en place des vrais stratégies de prévention. Le Pr Michel Reynaud, président du Fonds Actions Addictions a alors conçu, en collaboration avec la Mildeca, un site d’information de référence pour les entreprises, appelé « addict’aide la santé en entreprise », au sein du site généraliste « Addict’aide, le village des addictions ».

Divisé en 7 petites maisons, chacune correspondant à un corps de métier, ce portail spécialisé vise à « apporter des connaissances à tous les acteurs du monde du travail et de la santé au travail », décrit le psychiatre addictologue dans sa présentation.

Ce site, opérationnel au printemps en 2017, s’inscrit également dans le volet addiction du 3ème plan santé au travail 2016-2020.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité