Publicité

QUESTION D'ACTU

1% de la population concernée

Bégaiement : des circuits de neurones en cause

Les personnes atteintes de bégaiement présentent des altérations neuronales dans des régions liées au langage et à l'attention. 

Bégaiement : des circuits de neurones en cause photographee.eu/epictura

  • Publié 06.12.2016 à 12h49
  • |
  • |
  • |
  • |


Le Roi Georges VI, Winston Churchill, Marylin Monroe et François Bayrou… Le lien entre toutes ces personnalités ? Le bégaiement. Un trouble qui affecte la communication verbale qui apparaît entre 2 et 6 ans, et perturbe le quotidien de 1 % de la population mondiale. Des difficultés liées à des anomalies moléculaires dans le cerveau, selon une étude publiée dans le JAMA.

Les chercheurs de l’hôpital pour enfant de Los Angeles confirment en effet que le bégaiement est associé à des altérations des neurones situés dans la zone cérébrale de la parole. Pour le montrer, les scientifiques ont utilisé pour la première fois la spectrométrie par résonance magnétique, une technique d’imagerie complémentaire à l’imagerie par résonance magnétique (IRM) qui permet de visualiser les mouvements de molécules dans les cellules.

Près de 100 adultes et enfants, bègues ou non, ont accepté de participer à ces travaux. Grâce à l’étude de leurs cerveaux, l’équipe de recherche a découvert des anomalies au niveau des circuits neuronaux impliqués dans le langage et la mémoire émotionnelle (responsable de la régulation des émotions), et ce quelque soit l’âge des volontaires atteints de bégaiement.


Le bégaiement n'est pas une fatalité

« Les portions du cerveau liées à l’attention sont associées à des circuits neuronaux importants dans le contrôle du comportement, explique le Pr Bradley Peterson, professeur de psychiatrie de l’enfant. Les personnes qui présentent des modifications dans ces zones semblent plus à risque d’être bègues, et de développer un bégaiement sévère. En outre, les émotions comme l’anxiété et le stress aggravent le bégaiement, sûrement parce que ces circuits altérés interagissent avec le langage et le contrôle de l’attention. »

Mais le responsable des travaux se veut rassurant et souligne que 8 enfants sur 10 récupèrent spontanément et seront débarrassés du bégaiement à l’âge adulte. Pour les 20 % restants, ce trouble n’est pas une fatalité s’il est pris en charge précocement (avant 5 ans), du fait de la plasticité cérébrale. A l’aide d’une thérapie chez l’orthophoniste, les enfants pourront réussir à le surmonter, ou en tout cas à le dompter.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité