Publicité

QUESTION D'ACTU

Rapport de l’Onusida

VIH : un séropositif sur deux est sous antirétroviraux

18 millions de séropositifs sont sous traitement antirétroviral, soit la moitié des patients infectés. L'accès doit encore être amélioré, selon l'Onusida.

VIH : un séropositif sur deux est sous antirétroviraux Pan American Health Organization-PAHO/Flickr

  • Publié 22.11.2016 à 17h59
  • |
  • |
  • |
  • |


C’est désormais une maladie chronique dans la plupart des pays. Plus de 30 ans après sa découverte, le VIH est maîtrisable. Les autorités peinent encore à ralentir la transmission. L’évolution des symptômes, elle, est stoppée par les antirétroviraux. Ces médicaments, qui limitent la présence du virus dans le sang, ont évité l’infection de plus d’un million d’enfants depuis l’an 2000. A l’aube de la Journée mondiale contre le sida, ce 1er décembre, l’Onusida revient sur ce succès majeur dans la lutte contre la maladie.

Espérance de vie en hausse

Les antirétroviraux sont prescrits à toute personne infectée par le VIH, dès que le diagnostic est posé. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a fixé cette règle en 2015. Il faut dire que le traitement a fait ses preuves. Depuis 2005, la mortalité liée au Sida – stade ultime de l’infection – a été divisée par deux. L’espérance de vie des personnes qui vivent avec le VIH s’allonge de manière régulière. Un effort reste à faire, et il n’est pas des moindres : assurer à chaque séropositif l’accès à ces médicaments.

« Les populations clé que sont les travailleurs du sexe, les usagers de drogues injectables, les hommes qui ont des rapports sexuels avec les hommes, les détenus et les migrants doivent accéder aux traitements du VIH », affirme Michel Sidibé, directeur exécutif de l’Onusida. Les progrès sont constants, mais encore trop lents. A ce jour, la moitié des personnes infectées bénéficient d’une prescription adaptée.



910 000 enfants traités

Le rapport paru ce 21 novembre pointe plusieurs freins dans l’accès aux antirétroviraux. La transmission de la mère à l’enfant a été presque éradiquée dans le monde. Mais 9 pays ne proposent toujours pas ces traitements aux femmes enceintes, dont le Nigéria. Ils sont pourtant essentiels car ils évitent à l’enfant de développer une infection après leur naissance. L’agence propose que la prophylaxie pré-exposition (PrEP) soit proposée plus fréquemment aux femmes enceintes ou allaitantes.

Les dépistages dans les services de pédiatrie sont également trop rares. Parmi les pays identifiés comme prioritaires par l’Onusida, seuls 4 recherchent le virus dans les deux mois après la naissance. Généraliser cela serait particulièrement utile pour élargir l’accès aux traitements chez les enfants. Avant l’âge de 14 ans, 910 000 patients en bénéficient. L’agence cible 1,6 millions de malades traités d’ici 2018. L’objectif est loin d’être atteint dans de nombreuses régions.


Même chez les populations sans complication, l’accès aux antirétroviraux pose problème. Les hommes, par exemple, se traitent moins souvent que les femmes. Les jeunes se montrent moins sérieux quant au suivi. L’Onusida préconise de simplifier les traitements et de proposer des produits comportant moins d’effets secondaires. Car le prix n’est plus au cœur de la problématique. Désormais, les médicaments représentent un coût de 100 dollars (94 euros) par an et par malade.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité