Publicité

QUESTION D'ACTU

Rapport de l’Onusida

Sida : cibler les jeunes et les seniors pour la prévention

Les jeunes femmes sont particulièrement exposées aux contaminations par le VIH. Elles doivent être au coeur des efforts de prévention.

Sida : cibler les jeunes et les seniors pour la prévention Norway UN (New York)/Flickr

  • Publié 21.11.2016 à 17h04
  • |
  • |
  • |
  • |


La lutte contre le VIH progresse… à petits pas. En six mois, le nombre de personnes sous traitement antirétroviral a bondi d’un million. L’amélioration est réelle mais elle ne doit pas cacher le reste du chantier, qui évolue bien plus lentement. En 2015, 2 millions de nouvelles infections ont été rapportées. Les enfants sont encore bien trop touchés. Dans un rapport publié ce 21 novembre, l’Onusida pointe les efforts qui restent à accomplir. Ils sont nombreux et ciblent quatre périodes clé de la vie.

Enrayer la transmission mère-enfant

Plus de 36 millions de personnes vivent avec le VIH dans le monde. Parmi elles, la part de malades sous antirétroviraux progresse sans cesse. Au dernier bilan, ils étaient 18 millions à en bénéficier, dont 910 000 enfants. « Si ces efforts sont poursuivis et accrus, le monde sera en passe d’atteindre l’objectif de 30 millions de personnes sous traitement d’ici 2020 », tranche le rapport.

La vision est optimiste car de nombreux progrès doivent encore être accomplis. Le premier âge clé ciblé par l’Onusida commence dès l’utérus. Prévenir la transmission de la mère à l’enfant est une priorité et les travaux ont payé. Depuis 2010, les infections des nouveau-nés ont chuté de 51 %. Pour cela, les futures mères sont dépistées dès que possible et placées sous antirétroviraux. La stratégie paie : 1,6 million de contaminations ont pu être évitées depuis l’an 2000.

Les jeunes femmes à haut risque

Les jeunes femmes, elles, n’ont pas profité de la même évolution. Entre 2010 et 2015, les nouveaux cas n’ont reculé que de 6 % chez les 15-24 ans. La période est délicate à plusieurs titres. Tout d’abord, cette tranche d’âge est particulièrement à risque d’infection, par manque d’accès aux méthodes de prévention ou par manque d’adhérence aux modes proposés. Le problème est régulièrement pointé, y compris en France : les jeunes se protègent trop peu. S’y ajoutent deux éléments de taille, ils adhèrent mal aux traitements qui leur sont prescrits et se dépistent trop rarement.

En Afrique subsaharienne, les femmes de cette catégorie souffrent de la double peine : en plus de ces manques inhérents à l’âge, elles sont infectées par des hommes plus âgés. Développer l’accès aux soins dans les régions les plus touchées est vital pour parvenir à enrayer l’épidémie. Car ce sont aussi ces jeunes qui risquent de transmettre le VIH à leur progéniture. « Le monde manque à ses obligations envers les jeunes femmes ; il est urgent que nous fassions davantage », martèle Michel Sidibé, directeur exécutif de l’Onusida. De fait, en 2015, 7 500 d’entre elles étaient infectées chaque semaine.

Les seniors contaminés

Ce constat appelle à un autre effort, celui sur les adultes. Les messages de prévention ne circulent pas correctement dans l’ensemble des populations. Dans les pays occidentaux, les hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes sont plus exposés que les autres à une transmission du VIH. En Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, le manque d’accès aux soins pose problème : 18 % des séropositifs vivent dans ces régions. Mais ils représentent 30 % des décès liés au Sida. Et les hommes sont plus à risque d’ignorer leur statut sérologique que les femmes.

Une nouvelle barrière vient de s’ouvrir grâce aux antirétroviraux, celle de la vieillesse. Désormais, un cinquième de la population séropositive adulte a plus de 50 ans. Dans les pays à hauts revenus, 30 % sont des seniors. Mais le nœud du problème se situe ailleurs : ces mêmes seniors se contaminent de plus en plus souvent. 100 000 personnes sont infectées chaque années par le VIH. Elles sont encore trop peu ciblées par les programmes de prévention.

Retrouvez l'émission L'invité santé avec Jean-Luc Romero,
président d'Elus locaux contre le sida 
diffusée le 17 novembre 2016





 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité