Publicité

QUESTION D'ACTU

Protection pulmonaire

Grippe : les femmes résisteraient mieux grâce à une hormone

La progestérone, une hormone féminine, protégerait les femmes des possibles complications de la grippe en réduisant l'inflammation pulmonaire.

Grippe : les femmes résisteraient mieux grâce à une hormone photographee.eu/epictura

  • Publié 19.09.2016 à 15h18
  • |
  • |
  • |
  • |


La pilule contraceptive pourrait se présenter comme un traitement efficace contre la grippe, selon des chercheurs de l’école de médecine Bloomberg (Etats-Unis) ! A en croire leurs travaux parus dans Plos Pathogens, la progestérone, une hormone féminine utilisée dans certains contraceptifs oraux, protégerait les femmes des complications de la grippe, notamment en stimulant la cicatrisation des poumons.

« Malgré le nombre impressionnant de femmes qui prennent la pilule, peu de travaux scientifiques ont étudié comment leur corps réagit à une infection par le virus de la grippe, explique le responsable de l’étude, Sabra Klein, du département de microbiologie et immunologie de l’école Bloomberg. Comprendre le rôle que semble jouer la progestérone au niveau des cellules pulmonaires peut pourtant être important pour la santé des femmes. »

De nombreux travaux ont mis en évidence que la grippe n’affecte pas les deux sexes de la même manière. Chez les hommes, la testostérone inhibe le système immunitaire, l’empêchant ainsi de combattre le virus. Un effet hormonal qui diminuerait également l’efficacité du vaccin. Résultat : les symptômes de la grippe sont beaucoup plus virulents chez les hommes que chez les femmes. De ce fait, les chercheurs se sont interrogés sur le rôle des hormones féminines.

Une grippe moins virulente

Pour le découvrir, les chercheurs ont placé sur le dos de souris femelles des implants diffusant de la progestérone, tandis qu’un groupe de souris n’a pas reçu l’implant. Les cobayes ont ensuite été infectés par le virus influenza de type A, l’un des virus circulant activement chez l’homme. Les deux groupes de rongeurs sont tombés malades mais ceux ayant l’implant ont présenté moins d'inflammation dans les poumons, une meilleure fonction pulmonaire ainsi qu’une récupération plus rapide. 

En outre, les scientifiques ont découvert que la progestérone stimulait la production d’une protéine appelée amphiréguline dans les cellules pulmonaires. Une molécule qui semble jouer un rôle crucial, car les souris dépourvues de cette protéine souffraient d’une forte grippe.

Les chercheurs suggèrent que les souris, et éventuellement les humains, tombent malades car leur taux naturel de progestérone s’écroule. Ainsi, les femmes sous contraception œstro-progestative maintiennent leur taux de progestérone, ce qui diminue les effets de la grippe.

A ce jour, ces travaux sont les seuls à montrer cet effet hormonal. Pour confirmer cette influence et approfondir leurs recherches chez l’humain, les chercheurs se sont associés au centre de recherche et de surveillance de la grippe du centre Johns Hopkins afin d’interroger les femmes sur le mode de contraception.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité