Publicité

QUESTION D'ACTU

Programme de Generali

Vitaly : les patients rejettent les bonus en santé

L’assureur Generali France va lancer le programme "Vitaly" pour inciter ses clients à améliorer leur santé avec des bonus. Les patients craignent un renforcement des inégalités en santé. 

Vitaly : les patients rejettent les bonus en santé LODI FRANCK/SIPA

  • Publié 12.09.2016 à 13h47
  • |
  • |
  • |
  • |


C’est une première dans l’Hexagone. A partir du 1er janvier 2017, l’assureur Generali France va commercialiser une complémentaire santé récompensant la bonne hygiène de vie de ses clients par des cadeaux. En effet, comme la loi interdit de réduire la prime des assurés vertueux, la récompense prendra la forme de réductions auprès de partenaires, comme le Club Med ou Weight Watchers... 
Ce dispositif, baptisé « Vitality », ne sera accessible que dans le cadre des contrats collectifs et sera facultatif. C’est-à-dire que chaque entreprise décidera si elle le propose ou non à ses salariés. Ces derniers seront aussi libres d'y souscrire. Mais malgré ces garanties, des patients inquiets sont montés au créneau il y a quelques jours. 

Dans un communiqué, le Ciss (1), qui regroupe 42 associations d’usagers intervenant dans le champ de la santé, écrit que cette « carotte pour motiver l’assuré à recourir à ces offres n’a plus aucun lien avec la santé ». C’est pourquoi le Collectif s’interroge : « Cherche-t-on réellement à motiver et accompagner les changements de comportement de ceux qui en ont besoin, ou à gratifier ceux qui n’ont pas de difficultés à se conformer aux standards de prévention ? »

Un creusement des inégalités de santé

Pire, le Ciss estime qu’une telle démarche risque de creuser encore davantage les inégalités de santé, « en laissant de côté ceux qui auraient le plus besoin d’être réellement accompagnés pour faire évoluer progressivement leur comportement ».

Même son de cloche du côté d'Emmanuel Hirsch, directeur de l’espace éthique de la région Ile-de-France, qui indiquait à Pourquoidocteur qu’ « une personne socialement vulnérable n’a pas la même capacité à assumer la responsabilisation de sa santé, car elle se néglige davantage que les autres ».

Il rappelait aussi que « les études montrent que les addictions au tabac ou à l’alcool sont plus fréquentes dans cette population »  et soulignait que « ces personnes n’ont pas les ressources nécessaires pour manger bio, par exemple ».

Des données personnelles à la vente ?

Enfin, le Ciss alerte sur un dernier risque lié à la nouvelle complémentaire de  Generali : la collecte des données personnelles de santé. Ces patients écrivent : « On n’a encore jamais vu un assureur collecter des données pour ne rien en faire ! C’est donc qu’elles seront probablement revendues aux partenaires du programme Vitaly et à bien d’autres assurément ».

Et la collecte de données par l'employeur l'inquiète encore plus. Car il pourra désormais accéder aux données anonymisées sur ses salariés. « De quel droit ? Pour quoi faire ? Au bénéfice de qui ? »; sont autant de questions sans réponse, regrette le Ciss. Mais maintenant que l’alerte a été donnée, « il est urgent que la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (Cnil) se saisisse de ce cas d’espèce », conclut le Collectif.

(1) Collectif Interassociatif Sur la Santé

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité