• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Espoir de traitement

Zika : stopper la réplication du virus avec un vermifuge

Un vermifuge utilisé pour combattre le ver solitaire serait capable de bloquer la réplication du virus Zika dans les cellules neuronales humaines. 

Zika : stopper la réplication du virus avec un vermifuge Airman Magazine/Flickr

  • Publié le 31.08.2016 à 12h43
  • |
  • |
  • |
  • |


La lutte contre le virus Zika prend un nouveau tournant. Des chercheurs américains ont identifié 3 molécules capables de bloquer sa réplication et de protéger les cellules ciblées par ce virus. Parmi elles, un médicament déjà utilisé contre le ver solitaire se présente comme un traitement très efficace. Une découverte encourageante présentée ce lundi dans Nature Medicine.

« Il faut des années, voire des décennies, pour développer un médicament. Mais en situation de crise sanitaire, nous n’avons pas ce temps-là, explique Hongjun Song, directeur du programme de recherche sur les cellules souches à l’Institut d’ingénierie cellulaire à Johns Hopkins. « Donc au lieu d’utiliser de nouvelles molécules, nous avons choisi de tester des médicaments déjà existants, ajoute le Pr Guo-li Ming, professeur de neurologie à l’école de médecine de l’université Johns Hopkins. De cette façon, nous espérons découvrir un traitement beaucoup plus rapidement. »


6 000 molécules testées

En collaboration avec l’université de Floride et des Instituts de santé américains (NIH), les chercheurs ont alors exposé des cultures de cellules neuronales humaines au virus Zika et à 6 000 médicaments différents. Lorsque les cellules sont infectées par ce virus, elles sont vouées à mourir très rapidement. Ainsi, pour évaluer l’efficacité des médicaments, l’équipe de recherche a mesuré le taux de mortalité cellulaire. De cette manière, les scientifiques ont pu éliminer les molécules inefficaces, ou au contraire mettre en lumière celles suscitant un espoir thérapeutique.

Une analyse plus approfondie a montré que les médicaments efficaces peuvent être divisés en deux classes : ceux ayant un rôle neuroprotecteur empêchant la mort cellulaire et les molécules antivirales capables d’entraver ou interrompre la progression du virus Zika dans les cellules neuronales.
A l’issue des expériences, 3 médicaments ont présenté une forte efficacité : la molécule antivirale expérimentale PHA-690509, l’emricasan encore soumis à des essais cliniques pour le traitement de l’hépatite C, et un vermifuge, le niclosamide, utilisé depuis longtemps pour combattre les infections parasitaires intestinales, notamment le ver solitaire.


Encore des années de recherche

Toutefois le Dr Song souligne que « ces 3 molécules sont efficaces en laboratoire, mais rien ne dit qu’elles fonctionneront de la même manière chez l’homme ». En effet, les chercheurs ignorent encore si le vermifuge peut pénétrer dans le système nerveux central des adultes ou des fœtus pour traiter les cellules neuronales infectées par Zika.

« Pour le savoir, des études complémentaires chez l’animal ainsi que l’homme devront être menées. Il faudra encore plusieurs années avant de découvrir un traitement qui fonctionne », relève le Pr Ming, qui s’apprête avec son équipe à tester les 3 médicaments-candidats chez des modèles animaux.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité