Publicité

QUESTION D'ACTU

Grossesse tardive: arrêter de fumer et faire l'amour

Avec l'allongement des études, les maternités sont de plus en plus décalées dans le temps. Pour mettre toutes les chances de son côté après  35 ans, les experts livrent leurs conseils.


  • Publié 20.12.2012 à 10h00
  • |
  • |
  • |
  • |


« Un enfant si je veux et quand je veux ». Tout le monde se souvient de ce slogan du Planning Familial, mais il date des années 70. Aujourd’hui, il a pris du plomb dans l’aile. Une récente étude de l’Ined montre en effet que l’âge moyen de la 1ère maternité est passé de 24 ans en 1974 à 28 ans en 2010.
Certes, les femmes ont fait le choix de retarder l’âge de la maternité mais depuis quelques années les gynécologues-obstétriciens tirent la sonnette d’alarme. Le nombre de grossesses chez des quadras a triplé en 20 ans. Et ces grossesses ne sont pas sans risque. En 2009, par exemple, le Collège national des gynécologues-obstétriciens de France (CNGOF) avait donc pris son bâton de pèlerin et mené une campagne d’information sur les dangers des grossesses tardives. Le premier message que les professionnels de santé veulent faire passer, c’est que le risque n°1 auquel les couples s’exposent, c’est de ne pas avoir d’enfant.
Pour éviter de se retrouver dans cette impasse et mettre toutes les chances de son côté, il existe des solutions. Le Pr François Olivennes, gynécologue-obstétricien et auteur d’un livre intitulé « Tout ce qu’il faut savoir avant une grossesse », en est convaincu. « Le report de l’âge de la 1ère grossesse n’est pas un phénomène inéluctable. Il faut mieux informer les femmes sur les conséquences d’une grossesse au-delà de 35 ans ». Voilà comment mettre toutes le chances de son côté.

A 25 ans, 25% de chance d'être enceinte à chaque cycle

Le sondage réalisé en 2009 par le CNGOF montre bien que les Français ont des lacunes en la matière. La majorité des Français se trompent sur l’âge auquel une femme est la plus féconde : ce n’est pas 25 ans mais 20. Autre erreur largement répandue : ils surestiment les probabilités de tomber enceinte. A 25 ans par exemple, les Français pensent qu’à chaque cycle, les chances de grossesse sont de 66%. Elles ne sont que de 25% !


Il faut pratiquer 

Il faut l’amour très régulièrement pour multiplier les chances de grossesse. Les statistiques sont sans appel : un rapport sexuel une fois par semaine et vous avez 15% de probabilité d’être enceinte, alors que si vous faites l’amour tous les jours, vous grimpez à 80 % !


Arrêter de fumer

« C’est le toxique n°1 », prévient le Pr François Olivennes. L’effet néfaste du tabac sur la fertilité est démontré : une femme fumeuse est ménopausée 2 ans plus tôt qu’une non-fumeuse. Et comme la stérilité précède la ménopause d’environ 10 ans, la stérilité est diminuée elle aussi d’environ 2 ans.
Quant aux pertubateurs endocriniens, ils sont eux aussi accusés d’avoir un impact sur la fertilité mais les preuves manquent pour le moment. Une étude de l’InVS a récemment montré que la concentration du sperme des Français de 35 ans a diminué d’un tiers en 16 ans. La fertilité ne serait pas encore en danger mais en le délai pour obtenir une grossesse peut être affecté. Et selon l’hypothèse la plus probable, ce serait à cause facteurs environnementaux notamment perturbateurs endocriniens. Une hypothèse qui pourrait s’appliquer à la fertilité féminine.


Ecoutez le Pr François Olivennes
, gynécologue-obstétricien à Paris : "Probablement que se mettre à l'abri des perturbateurs endocriniens, ce serait bien. Mais nous n'avons pas encore de recommandations précises."



Mesurer sa réserve ovarienne

Contrairement à l’homme qui fabrique des spermatozoïdes toute sa vie, la femme naît avec un stock d’ovocytes et elle en perd chaque mois au moment du cycle. Le stock ne va donc qu’en s’amenuisant et à 40 ans, les ovocytes de la femme ont aussi 40 ans ! La meilleure façon de tester la réserve ovarienne est une combinaison de tests d’hormones dans le sérum sanguin et d’échographie pelvienne. Cependant, le taux d’hormone anti-mullérienne (AMH) dans le sang est la composante la plus sensible de la méthode et ce test seul peut être utilisé pour un premier dépistage.


Ecoutez le Pr François Olivennes : « Evaluer sa mesure ovarienne à toutes les femmes de 30 ans, ça pourrait être intéressant. »



Dans l’avenir, congeler ses ovocytes au cas où…

Pour le moment, la législation française interdit l’autoconservation des ovocytes pour raisons de convenance. Autrement dit, seules les femmes subissant un traitement stérilisant en cas de cancer peuvent y avoir le recours. Cette restriction n’a plus vraiment de raison d’être dans la mesure où la vitrification d’ovocytes, une technique très performante, a été autorisée en France.
Le Collège national des gynécologues-obstétriciens de France (CNGOF) vient donc de prendre position pour que toutes les femmes puissent y avoir accès. « L’autoconservation d’ovocytes constitue un progrès médical car elle est, avec le don d’ovocytes, la seule méthode de traitement de l’infertilité réellement efficace à 40 ans et plus, plaide le CNGOF. Bien sûr, il n’est pas question d’encourager les femmes à repousser leur projet de grossesse. Pour le CNGOF, « il est indispensable que les femmes soient dûment informées de la chute de la fertilité avec l’âge, des risques des grossesses tardives pour elles-mêmes et leurs enfants à naitre, ainsi que des chances incertaines de réussite de l’autoconservation. »

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité