Publicité

QUESTION D'ACTU

Déserts médicaux

Les jeunes médecins adhérent au pacte de Marisol Touraine

Pour les internes en médecine générale, les propostions de Marisol Touraine vont plutôt dans le bon sens.


  • Publié 13.12.2012 à 18h35
  • |
  • |
  • |
  • |


Examen réusssi. Quelques heures après la présentation par Marisol Touraine des 12 mesures pour lutter contre les déserts médicaux, les  internes de médecine Générale (Isnar) et le syndicat des médecins remplaçants (Reagjr) sont plutôt satisfaits. Le pacte territoire-santé, estiment les jeunes médecins va "dans le bons sens". L'approche multifactorielle, la sécurisation de l'installation, l'identification d'un référent pour aider les prarticiens et la valorisation du travail en équipe  "permettront, selon le communiqué commun des deux organisations, de diminuer un grand nombre d'appréhension liées à l'exercice ambulatoire, notamment en zones déficitaires.
En année pleine, ce plan devrait coûter une cinquantaine de millions d'euros.  

Le pacte territoire-santé


Un stage en médecine générale pour 100% des étudiants
.
Poursuivre la généralisation du stage de deuxième cycle de médecine générale en revoyant notamment l’encadrement réglementaire des stages dans les centres de santé, et en accélérant la recherche des maîtres de stage. En 2017,  tous les étudiants de 2ème cycle, soit 8000 étudiants, auront suivi ce stage de médecine générale

1 500 bourses d’engagement de service public d’ici 2017
Le contrat d’engagement de service public, bourse versée aux étudiants en médecine en contrepartie d’un engagement à s’installer en zone démédicalisée, n’atteint pas les objectifs qui lui ont été fixés, avec seulement 351 contrats signés sur les 800 proposés.
La mesure consiste à simplifier dès 2013 le dispositif en donnant aux directeurs généraux des Agences régionale de santé (ARS) davantage de latitude dans la définition des zones concernées. 
Des plans d’information des étudiants autour de ces contrats seront établis  au sein de chaque région.

200 praticiens territoriaux de médecine générale dès 2013
Apporter une garantie financière de revenu pendant 2 ans aux jeunes médecins en contrepartie d’une installation dans une zone en voie de démédicalisation.

Un « référent-installation » unique dans chaque région
Dès 2013, toutes les régions devront être en mesure de proposer aux étudiants et aux internes, un service unique (site web), comportant :

- une information claire sur les stages (cartographie des lieux de stage, coordonnées des maîtres de stage ...)
- un accompagnement afin d’aider au choix du lieu d’installation
- une plus grande lisibilité des démarches à effectuer lors de l’installation, et des aides existantes
- un correspondant identifié : avec ses contacts, qui ira à la rencontre des futurs médecins

Développer le travail en équipe
Des équipes pluriprofessionnelles peuvent être rassemblées au sein de maison de santé, ou de pôle de santé. Elles répondent aux attentes de jeunes médecins en termes de conditions d’exercice et d’équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle, et constituent ainsi une réponse importante apportée à la désertification médicale. Or seuls 2% des professionnels fonctionnent selon ces organisations.
La loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 a permis d’ouvrir une négociation conventionnelle interprofessionnelle sur le sujet de la rémunération des équipes de soins.Ces rémunérations ne seront versées qu’en contrepartie de services tangibles réalisés par les équipes (prévention, éducation thérapeutiques), d’atteinte d’objectifs de santé publique ou bien d’engagements vers les patients : élargissement des plages horaires, prise en charge de soins non programmés dans la journée, accueil continu des patients...
Elles seront versées de manière forfaitaire à des équipes qui pourront ainsi financer les moyens nécessaires à la réalisation de ces services : équipements (notamment informatiques), secrétariats ou temps de coordination.

Rapprocher les maisons de santé des universités.
Cette mesure permettrait de rapprocher les maisons de santé des universités et de développer le vivier de terrains de stages très formateurs pour les étudiants et les internes. Il s’agit également d’accompagner l’essor de la filière universitaire par la création de terrains de recherche et d'enseignement pour la médecine générale et de renforcer ainsi l’attractivité de l’exercice en ambulatoire.
Cet engagement est soumis à la concertation, pour détecter les meilleures pratiques et les modalités qui permettront d’atteindre cet objectif.

Développer la télémédecine
Jusqu’à présent, la télémédecine s’est principalement attachée à la télémédecine entre hôpitaux. La mise en place de la télémédecine par une expérimentation sur la filière dermatologie sera concrétisée au 2 ème semestre 2013.

Accélérer les transferts de compétences
L’accès à certaines spécialités est de plus en plus long, parfois plusieurs mois pour une consultation de médecin spécialiste dans certaines villes.

Ces activités pourraient être mieux réparties au sein de certaines filières, pour laisser plusde temps médical disponible en déléguant davantage de tâches. Avancer concrètement sur la filière ophtalmologie par la finalisation des protocoles decoopération entre les professionnels de la filière. Déploiement du dispositif au 2 ème semestre 2013.
Garantir un accès aux soins urgents en moins de 30 minutes d’ici 2015.

2 millions d’habitants sont à plus de 30 minutes d’accès d’une prise en charge médicale à une urgence vitale. Cette population est répartie de manière inégale sur le territoire et nombre de territoires connaissent une ou plusieurs zones dont l’accès aux soins urgents est compliqué. La population située dans des territoires isolés est particulièrement concernée.
Mise en place de nouveaux services mobiles d’urgence et de réanimation (SMUR) ou antennes de SMUR

Permettre aux professionnels hospitaliers et salariés d’appuyer les structures ambulatoires.
Un certain nombre de médecins salariés de centres de santé, d’hôpitaux, de centres mutualistes sont prêts à diversifier leur activité pour exercer une partie de leur temps dans des zones démédicalisées. Aucune possibilité n’existe aujourd’hui pour inciter leurs employeurs à le faire. Permettre aux ARS de signer des conventions avec les établissements hospitaliers, les centres de santé ou des organismes mutualistes, prévoyant la mise à disposition de médecins salariés qui iront exercer en ambulatoire dans les territoires les plus fragiles.


Adapter les hôpitaux de proximité
 

Les hôpitaux de proximité sont, pour nombre d’entre eux implantés sur des territoires fragiles et jouent à ce titre un rôle important en matière d’accès aux soins. Ils sont confrontés à des questions de financements et parfois sont freinés dans leur volonté de coopérer avec la médecine de ville par des freins juridiques ou financiers, notamment pour la mise en place de consultation avancées de spécialistes.
Adapter le modèle de financement des hôpitaux de proximité pour en garantir la pérennité dans le cadre des travaux de réforme de la tarification hospitalière. 


Conforter les centres de santé
Dans certains territoires, notamment dans les zones urbaines sensibles, l’offre libérale à elle seule ne peut répondre à l’ensemble des besoins. Il n’est pas envisageable de laisser nos concitoyens sans aucune réponse médicale de proximité.
Dans ces zones, le recours aux centres de santé doit être envisagé, en assurant un fonctionnement pérenne.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité