Publicité

QUESTION D'ACTU

Enquête 60 Millions de consommateurs

Cosmétiques : repérer les ingrédients indésirables

Shampooing, dentifrice, maquillage... De nombreuses substances indésirables s’y glissent. Dans une enquête, 60 Millions indique comment les repérer sur les étiquettes.

Cosmétiques : repérer les ingrédients indésirables dmitrimaruta/Stocklib

  • Publié 07.07.2016 à 18h27
  • |
  • |
  • |
  • |


Les cosmétiques vendus dans les grandes surfaces françaises contiennent de nombreux ingrédients « indésirables ». C'est ce que révèle une nouvelle fois fois le magazine 60 Millions de consommateurs dans son hors-série Beauté au naturel ce jeudi en kiosque. Les journalistes ont scruté à la loupe les étiquettes de 170 produits vendus dans les rayons hygiène-beauté. Bilan : 59 produits sont satisfaisants, 57 sont passables, et 54 contiennent un nombre excessif de substances indésirables !
 
Dans un communiqué, l'Institut National de la Consommation (INC) raconte ainsi que « l’entourloupe la plus banale consiste à mettre en avant sur l’emballage un végétal attirant, mais à n’en incorporer qu’une infime partie dans le produit ». Pour en attester, elle prend trois exemples courants.

Des extraits naturels en fin de composition 

Tout d'abord celui d'un gel douche riche en « huile de tamanu et de gingembre ». Mais cette description est mensongère. Vous avez surtout entre les mains un produit enrobé d’agents lavants irritants et de substances de synthèse (PEG, quat, EDTA…). Les extraits naturels (par exemple, Calophyllum inophyllum seed oil, l’huile de tamanu) sont, eux, relégués en fin de composition.

Autre exemple, celui d'un après-soleil à la formule « enrichie en beurre de karité et en beurre de mangue ». Sauf que le karité et la mangue n’arrivent qu’en 21e et 22e places dans la composition, « loin derrière un nombre impressionnant d’ingrédients indésirables », dont le benzophenone-4. Ce composé n'est rien d'autre qu'un filtre solaire organique suspecté d’être un perturbateur endocrinien, précise l'enquête. 

Des substances non biodégradables 

Enfin, ces enquêteurs gardent le meilleur pour la fin, ou plutôt le pire. Avec les « soins exfoliants ou gommants » qui jouent sur les vertus du « sucre roux » ou des « pépins de framboise ». Ils contiennent avant tout des microbilles… de plastique. Au passage, l'INC rappelle que la distribution de sacs plastiques est interdite en France depuis le 1er juillet, « mais les industriels incorporent en toute impunité dans les cosmétiques des substances non biodégradables extrêmement préoccupantes », déplore-t-il.

La taille minuscule (parfois moins d’un millimètre) de ces microbilles empêche, c'est vrai, tout traitement par les stations d’épuration, si bien qu’on les retrouve dans les fleuves, dans les océans et dans les estomacs des poissons.

Comment décoder une étiquette

Dans les conclusions de son enquête, 60 Millions de consommateurs juge « inacceptable » de retrouver un cocktail d’ingrédients indésirables dans des produits qui vantent les bienfaits des végétaux. Alors comment distinguer les vrais des faux cosmétiques « naturels » ? Comment ne pas se laisser décourager par des étiquettes aux allures de messages codés ? La magazine donne des réponses.

- La composition se lit par ordre décroissant d’importance. Les cinq ou six premiers ingrédients déterminent le plus souvent de 80 à 90 % de la formule du produit.
- Les ingrédients « naturels » (c’est-à-dire issus de végétaux peu transformés) sont inscrits en latin et en anglais dans la composition. Le terme anglais qui suit le nom latin de la plante permet de connaître le type de substance. Par exemple, Butyrospermum parkii butter est le beurre de karité, tandis que Ricinus communis oil est l’huile de ricin.
- Enfin, lorsque le nom d’une substance végétale est en anglais, cela signifie généralement que celle-ci, bien que d’origine naturelle, a subi une transformation notable. Exemple : hydrogenated castor oil PEG-8 esters désigne des esters obtenus par réaction chimique de l’huile de ricin (castor oil) avec du polyéthylène glycol synthétique. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité