Publicité

QUESTION D'ACTU

Asie du Sud-Est

Encéphalite japonaise : le vaccin inefficace contre une souche émergente

Depuis 2009, une souche de l'encéphalite japonaise a ressurgi. Une menace prise très au sérieux car les vaccins actuels ne sont pas efficaces. 

Encéphalite japonaise : le vaccin inefficace contre une souche émergente photographee.eu/epictura

  • Publié 05.05.2016 à 06h45
  • |
  • |
  • |
  • |


Les vacances d’été approchent à grands pas. Si certains partiront à la découverte de nos belles régions françaises, d’autres préfèreront s’évader à l’étranger. Asie, Afrique, Amérique… Pour chacune de ces destinations, les grands voyageurs doivent se renseigner sur les maladies qui circulent, et celles justifiant une vaccination.

L’Asie du Sud-Est et l’ouest du Pacifique sont certainement les régions les plus risquées, notamment à la saison des pluies. Avec les moussons, les moustiques, véhiculent de nombreuses maladies infectieuses.
Parmi ces pathologies, l’encéphalite japonaise est l’une des plus redoutées. Rarement symptomatique, cette infection cérébrale est tout de même létale dans 30 % des cas, et entre 30 et 50 % de survivants souffrent de séquelles neurologiques et psychiatriques définitives.

Aucun traitement n’existe mais un vaccin sûr et efficace est disponible, et vivement recommandé à tous les voyageurs. Mais selon des travaux publiés dans Plos Neglected Tropical Diseases, ce vaccin ne serait pas efficace contre une souche virale émergente.

Source : Distribution géographique de l'encéphalite japonaise, CDC.

 

Une protection partielle

Dans les 24 pays où l’encéphalite japonaise est endémique, environ 3 millions de personnes sont exposées chaque jour aux différentes souches du virus. La souche G5 a été isolée chez un patient en 1951, depuis elle n’avait jamais été revue. Mais il y a 8 ans, elle réapparait en Chine et en Corée.

Une découverte inquiétante car les vaccins actuellement disponibles ont été formulés pour combattre la souche G3 de ce virus. De précédents travaux ont démontré son efficacité contre toutes les souches. Mais rien ne prouve qu’ils soient efficaces contre cette souche émergente.

Des chercheurs des Centres chinois de contrôle et de prévention des maladies (CDC) se sont donc penchés sur cette inquiétante question. Les scientifiques ont vaccinés des souris, puis ont inoculé la souche G3 et G5 - dans une quantité mortelle pour une souris non protégée. Résultat : la totalité des souris immunisées contre G3 sont vivantes, alors que la moitié des souris infectées par G5 sont mortes.


Les enfants sont les plus vulnérables

Pour confirmer leurs résultats, les chercheurs ont évalué la protection des enfants vaccinés. Pour cela, ils ont prélevé des échantillons sanguins à 26 enfants âgés de 2 ans avant et après la vaccination. L’analyse révèle que tous les enfants présentent des anticorps capables de lutter contre l’infection par la souche G3, mais seulement 35 % d’entre eux pourront se battre contre la souche G5.

Les scientifiques du CDC ne sont toutefois pas arrêtés là. Ils ont voulu savoir si les personnes ayant développé l’encéphalite japonaise sont immunisées contre la souche G5. L’analyse sanguine de 45 anciens malades montre que plus de la moitié ont des anticorps capables de la neutraliser. Parmi eux, une grande majorité était des personnes âgées.

Ces résultats suggèrent donc que les vaccins actuellement recommandés ne protègent que partiellement les populations de ce virus résurgent. Ils mettent également en évidence que les enfants sont les plus vulnérables à cette menace encore mal identifiée.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité