Publicité

QUESTION D'ACTU

Recherche, médecine, ...

Recherche animale : des pratiques très encadrées

Hébergement, protocole scientifique, suivi sanitaire, la directive européenne sur l’expérimentation animale, ne laisse aucune part à l’approximation. Un cadre légal qui se base sur la règle des 3 R : Réduire, Raffiner, Remplacer.

Recherche animale : des pratiques très encadrées JacobSt/Pix5

  • Publié 17.05.2016 à 01h05
  • |
  • |
  • |
  • |


  Dossier réalisé en partenariat
avec 
Science&Santé
le magazine de l'

En 2010, l’Union européenne a adopté une nouvelle directive (2010/63/UE) visant à mieux encadrer et protéger les animaux utilisés à des fins expérimentales et éducatives; une directive transposée en droit français le 1er février 2013. Celle-ci s’applique à tous les vertébrés non humains et aux céphalopodes comme les pieuvres, les calmars, les seiches. Depuis, tout projet scientifique utilisant des animaux doit être autorisé par le ministère de la Recherche et répondre, dans l’esprit, à la règle des 3 R — Réduire, Raffiner, Remplacer — élaborée en 1959.

Par « Réduire », on entend utiliser moins d’animaux, ce qui implique de se limiter aux expérimentations indispensables, et de choisir le bon modèle et le nombre adéquat d’animaux. « Pour choisir le modèle le plus pertinent, les chercheurs peuvent s’appuyer notamment sur le Réseau d'études fonctionnelles chez les organismes modèles (réseau Efor) », indique Brigitte Rault, vétérinaire et responsable du Bureau de l’expérimentation animale (BEA) de l’Inserm. Concernant le nombre d’animaux, il s’agit de définir le seuil minimal qui permettra d’obtenir des résultats interprétables. Une règle à laquelle tous les chercheurs adhèrent car, comme le souligne Thierry Galli, directeur de l’Institut thématique multi-organisme d’Aviesan Biologie cellulaire, développement et évolution : « L’expérimentation animale est souvent complexe à mettre en œuvre, longue et coûteuse ».

Pratiques similaires à celles de l'hôpital

« Raffiner » a pour objectif de réduire au maximum l’inconfort de l’animal tout au long de sa vie, y compris quand il est indispensable de l’euthanasier. « Ainsi, l’hébergement doit être le plus respectueux possible de son bien-être », explique Ivan Balansard, vétérinaire et responsable du Centre d’exploration fonctionnelle et de formation en primatologie (CE2F-PRIM) de Marseille et chargé de mission au bureau de l’expérimentation animale du CNRS. Concernant les manipulations, les scientifiques soulignent les progrès faits ces dernières années. L’accent est mis sur des méthodes d’analyses non invasives comme par exemple « l’imagerie de type scanner qui est indolore et permet de suivre les animaux dans le temps », souligne Roger Le Grand, directeur du service Immunologie des infections virales et des maladies auto-immunes du CEA de Fontenay-aux-Roses. Par ailleurs, « en cas d’intervention chirurgicale, le bloc opératoire, l’anesthésie, la prise en charge de la douleur, la prévention des infections, sont similaires aux pratiques d’un hôpital », complète Ivan Balansard. Enfin, les animaux bénéficient d’un suivi quotidien ce qui contribue à surveiller, notamment, le stress et la douleur. Raffiner implique donc des contraintes, mais là encore, la démarche est admise de tous notamment car « les résultats obtenus ne seront pas scientifiquement exploitables si les animaux ne sont pas bien pris en charge, insiste Brigitte Rault. Autrement dit, l’éthique va de pair avec une bonne science. »

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Familles d'accueil pour animal "retraité"

Néanmoins, même si le bien-être des animaux s’améliore, les scientifiques souhaitent à terme « Remplacer » ce type d’expérimentation, dernière branche de la règle des 3R. En la matière, l’avancée la plus sensible est le criblage à haut débit, une méthode dite in vitro qui consiste à tester sur des cellules un grand nombre de composés. En France, selon le Gircor, ces criblages auraient permis de faire baisser d’environ 40 % le recours aux animaux — essentiellement souris et rats — depuis les années 1990. Par ailleurs, aujourd’hui, les méthodes in silico, qui font intervenir la modélisation mathématique et l’informatique, se développent. Cependant, « une cellule ne remplace pas la complexité d’un organisme complet et l’in silico n’est pas encore suffisamment aboutiet ne le sera probablement jamais tant il repose sur des données expérimentales par essence imprévisibles », tient à relativiser Thierry Galli. De fait, comme le reconnaît Brigitte Rault : « Remplacer est très difficile dans un certain nombre d’études ».

Enfin, aux côtés de cette règle des 3R très ancienne, un quatrième R a été introduit ces dernières années : la Réhabilitation, en quelque sorte la mise à la retraite de ces animaux. Il n’y a pas d’obligation légale à leur trouver une structure ou une famille d’accueil, ni à les remettre en liberté. Cependant, la loi précise que cela peut être autorisé « si l’état de santé de l’animal le permet » et « s’il n’y a pas de danger pour la santé publique, la santé animale et l'environnement ». Cela permet d’encadrer une démarche dans laquelle de nombreuses équipes s’engagent grâce, notamment, à deux associations. L’association White Rabbit place des lapins dans des familles d’accueil tandis que Le Groupement de réflexion et d’action pour l’animal (Graal) fait le lien entre les organismes de recherche et les structures d’accueil pour toutes sortes d’espèces.

Réduire, Raffiner, Remplacer et Réhabiliter reste difficile à mettre en œuvre. Cependant, nul ne remet en cause ces objectifs, d’autant que la majorité des scientifiques n’ont pas attendu la nouvelle loi pour faire évoluer leurs pratiques.

 

Françoise Dupuy Maury
Science&Santé, le magazine de l'Inserm

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité