Publicité

QUESTION D'ACTU

CNRS de Toulouse

Séquencer le génome en 10 minutes est maintenant possible

Un jeune chercheur a reçu le prix de la Société française de chimie pour sa nouvelle technique de séquençage de l'ADN : elle permet de réduire considérablement coûts et délais.

Séquencer le génome en 10 minutes est maintenant possible SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

  • Publié 10.02.2016 à 11h18
  • |
  • |
  • |
  • |


Leurs travaux ont révolutionné aussi bien la médecine légale que le travail de la police scientifique et les diagnostics médicaux. A la fin des années 70, deux équipes de scientifiques, l’une aux Etats-Unis sous la direction de Walter Gilbert, l’autre au Royaume-Uni sous la direction de Frédérick Sanger, ont mis au point deux techniques différentes de séquençage de l’ADN. L’idée du séquençage est de déterminer l’ordre des nucléotides pour un brin d’ADN particulier.

Les deux équipes ont été récompensées par un prix Nobel de Chimie, en 1980. Mais aujourd'hui, même si des machines existent pour séquencer rapidement l'ADN, le séquençage de Sanger reste utilisé dans plusieurs laboratoires. Et il faut quelques heures pour obtenir les résultats.

La découverte d’un chercheur toulousain, Aurélien Bancaud, primée par la Société Française de Chimie, pourrait bien changer la donne. Celui-ci a mis au point une méthode baptisée MicroLAS. Le principe de base du séquençage de Sanger est l’électrophorèse. La méthode consiste à déposer le fragment d'ADN sur une matrice de gel, puis à y faire passer un courant électrique afin de séparer les brins, ceux ci se déplaçant en fonction de leur taille.

 

Fini les électrophorèses

Aurélien Bancaud lui, se passe de la matrice de gel. Il dépose l’ADN sur une petite puce, sur laquelle il fait passer le courant électrique. L’intérêt est d’obtenir une séparation des brins beaucoup plus rapide. Par ailleurs, la puce est beaucoup plus sensible que le gel, ce qui évite d’avoir à utiliser des échantillons d’ADN trop importants pour parvenir à un bon résultat.

Les chercheurs gagnent du temps puisqu’ils n’ont pas à préparer le gel ni à concentrer l’échantillon d’ADN, comme dans un séquençage « traditionnel ». En tout, la méthode pourrait faire passer la durée du séquençage de quelques heures à une dizaine de minutes, avec une baisse des coûts à la clé. En criminologie ou dans le dépistage de maladie, où la vitesse d'obtention des résultats est cruciale, la méthode présente un intérêt certain.

L’invention d’Aurélien Bancaud a fait l’objet d'un dépôt de brevet, et pourrait être développé par la société Picometrics, près de Toulouse.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité