Publicité

QUESTION D'ACTU

A long terme

Compléments alimentaires : les risques cancérogènes du chrome

Des chercheurs australiens ont montré qu'une partie du chrome contenu dans les compléments alimentaires pouvait se transformer en un élèment cancérogène. 

Compléments alimentaires : les risques cancérogènes du chrome Quirky China News / Rex/REX/SIPA

  • Publié 13.01.2016 à 16h07
  • |
  • |
  • |
  • |


« Maintien de la glycémie », « coupe faim », « effet minceur »… Les fabricants de compléments alimentaires riches en chrome n’hésitent pas à vanter les mérites de cet oligoélément essentiel à l’organisme. Mais selon une étude australienne publiée dans Angewandte Chemie, la consommation à long terme de ces produits est loin d’être sans danger.

Plus précisément, les chercheurs de l’université de Sydney ont découvert qu’une partie du chrome III dit trivalent contenu dans les gélules se transforme en une forme toxique, le chrome VI. Cet élèment métallique est reconnu comme cancérogène certain par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC). Les cancers associés sont le cancer des poumons, le cancer des cavités nasales, et celui des sinus.

Néanmoins, de nombreux travaux ont montré que le chrome III contenu naturellement dans les aliments ou présent dans les compléments alimentaires agit comme cofacteur de l’insuline et permet de réguler le taux de sucre sanguin.
L'arrêté du 9 mai 2006 relatif aux nutriments pouvant être employés dans la fabrication des compléments alimentaires autorise l'emploi du chrome III à la dose journalière maximale de 25 microgrammes (µg). Pour couvrir les besoins nutritionnels, les autorités sanitaires françaises recommandent un apport journalier de 40 µg. 


Préoccupations sur le long terme

Pour arriver à cette conclusion inquiétante, les scientifiques australiens ont menée des expériences en laboratoire. Ils ont traité des cellules animales avec des doses de chrome non toxiques puis ils les ont analysé par rayons X.

Grâce à cette méthode d’analyse, les chercheurs ont pu observer l’accumulation de cet oligoélèment dans les cellules mais également noter l’apparition du chrome VI. « Nous avons pu montrer qu’un phénomène d’oxydation du chrome III se déroule dans la cellule. C’est ce processus qui aboutit à la forme cancérogène, explique le Dr Lindsay Wu, responsable des travaux qui précise que c’est la première fois que ceci est observé dans un échantillon biologique.

La chercheuse souligne par ailleurs que les cancers liés à l’exposition au chrome VI ont une période de latence très longue. Les symptômes peuvent en effet apparaître au bout de 20 ans. Leur découverte suscite des interrogations quant à l'utilisation des compléments riches en chrome sur le long terme ou à hautes doses.

Cependant, les scientifiques indiquent que des travaux supplémentaires seront nécessaires pour confirmer leurs résultats. Ils se veulent également rassurants et précisent que ce processus de transformation ne semble pas s’appliquer pour le chrome contenu naturellement dans notre alimentation.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité