Publicité

QUESTION D'ACTU

Hausse de l'espérance de vie

Vivre longtemps, mais à quel prix ?

Vivre longtemps, mais à quel prix ? Nous passerons bientôt d'une société à 3 âges, à une société à 5 ou 6 âges. Crédit :SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA.

  • Publié 04.12.2015 à 04h30
  • |
  • |
  • |
  • |


ENQUÊTE - Vivre jusqu'à 120 ou 130 ans... une perspective qui n'est aujourd'hui pas impossible. Si cet allongement exponentiel de la vie nous fascine, il va bouleverser nos sociétés à l'horizon des prochaines décennies.

Le temps d’une société à trois générations, où cohabitent trois âges différents, est révolu. Il n’est aujourd’hui pas déraisonnable de penser qu’à l’horizon des prochaines décennies, l’espérance de vie atteindra les 120 ou 130 ans.

Une évolution qui pourrait entrainer une restructuration profonde des sociétés, et l’apparition de cinq, voire six ou sept générations vivant côte à côte. Jamais auparavant l’humanité n’a vécu un tel phénomène. Le bouleversement socio-économique qui s’en suivra nous oblige à anticiper et imaginer dès aujourd’hui le monde de demain.

D’après Philippe Rollandin, auteur et journaliste économique, la première conséquence du grand déséquilibre démographique à venir sera une perte très importante de richesses et de productivité.

« Dans vingt ou trente ans, il y aura plus de personnes de 70 ans que de jeunes de 20 ans. Le problème c’est qu’une telle société n’innovera plus et ne produira plus de richesses. Les pays occidentaux vont devenir une gigantesque maison de retraite », constate t-il.

 

Ecoutez...
Philippe Rollandin, journaliste économique : « Ce vieillissement va bouleverser les équilibres démographiques. Une société vieille, c'est une société qui ne produit plus de richesses et qui n'innove plus...»

 

Ce spécialiste estime que le renversement de la pyramide des âges aura un impact sur le tissu économique des pays. Il pourra même mener, à terme, à un manque de ressources alimentaires et énergétiques, si trop peu d’individus sont disponibles pour les produire.

 

Repenser la notion d’âge

Problème : cette logique considère chaque classe d’âge de manière homogène. Or, d’un senior à l’autre, les capacités à participer à la vie économique peuvent énormément varier. Avec toutes les promesses de la médecine, il n’est pas impossible d’imaginer une société vieille, mais en bonne santé et capable de participer à la vie économique.

Pour la sociologue Anne-Marie Guillemard, il faut dès lors repenser le système rigide des classes d’âge. « Face à l’allongement de la vie en bonne santé, nous devons repenser la notion même d’âge. Certaines personnes âgées sont tout à fait capables d’avoir un rôle moteur dans la société. Il faut permettre aux individus d’avoir des parcours de vie fluides, en se formant, à tout âge de la vie, et de pouvoir intégrer les activités socio-économiques qu’ils souhaitent » souligne –t-elle.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Un système personnalisé

En revanche, les experts s’accordent pour dire que cela implique de repenser les systèmes de protection sociale, en profondeur. Anne-Marie Guillemard estime que le système français actuel, érigé en 1945, n’est plus tenable. « La longévité a fait de notre pacte de solidarité entre les générations un pacte de sacrifice. Nous sacrifions nos jeunes. Ils vivent dans des situations de plus en plus précaires, et ne sont plus en mesure de soutenir leurs aînés, plus nombreux qu’eux ».

Pour elle, certains modèles peuvent être source d’inspiration. La Suède propose par exemple un mode de départ à la retraite adapté au vieillissement et aux capacités de chacun. Dans la même logique, Philippe Rollandin a imaginé un dispositif original, qui pourrait se développer dans les prochaines décennies. Celui-ci s’appuierait sur les possibilités offertes par les technologies, et notamment par la technique de séquençage du génome.

« Grâce à la médecine prédictive, vous pouvez connaître votre espérance de vie potentielle. Dans cette situation, on peut imaginer un système où on inverse les termes du contrat social. Au lieu de dire, ‘la retraite c’est pour tout le monde à un âge précis’, on dira ‘vous avez droit à tant d’années de retraite’» explique t-il.

 

Ecoutez...
Philippe Rollandin : « Grâce à la nouvelle médecine, au séquençage du génome, la société saura qu'elle est votre potentielle espérance de vie. On pourrait très bien imaginer un système dans lequel on inverse les termes du contrat social ...»

 

Les individus pourraient donc prendre leur retraite à un âge qui leur permet par exemple de bénéficier de vingt années de retraite, en fonction de leur espérance de vie, déterminée par le biais du séquençage. L’idée : rendre le système plus personnalisé, moins rigide, mais aussi plus égalitaire, puisque les individus bénéficieraient de protection sociale en fonction de leur profil.

Les spécialistes proposent donc des pistes pour que longévité ne rime pas avec surcoût économique. Encore faut-il que ces problématiques soient prises en main par les pouvoirs publics, qui pour le moment se contentent d’aménager la société pour faire face au vieillissement, sans réformes de fond.

Lire la suite de notre enquête :

Comment vivre plus longtemps, en bonne santé

L'Institut de Jaeger agit sur l'âge biologique

 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité