Publicité

QUESTION D'ACTU

Toutes religions confondues

Education : les enfants athées sont plus empathiques que les croyants

Les religions prônent l'empathie et la générosité. Pourtant, selon une étude américaine, les enfants croyants ne sont pas plus altruistes que les autres.

Education : les enfants athées sont plus empathiques que les croyants STEVENS FREDERIC/SIPA

  • Publié 08.11.2015 à 14h23
  • |
  • |
  • |
  • |


Sœur Emmanuelle, l'abbé Pierre, Mère Teresa, sont autant de noms qui nous inspirent la compassion envers son prochain. Durant leur vie, ces religieux n'ont cessé d'appeler les personnes à faire preuve de générosité avec les plus démunis. De quoi en conclure que la religion rend altruiste ?
Pas si sûr, car une étude américaine publiée dans « Current Biology » montre que les enfants élevés dans des familles non religieuses sont plus sensibilisés à l'injustice que leurs camarades croyants. 

Relayée par Le Monde, cette recherche a été réalisée dans six pays (Canada, Chine, Jordanie, Turquie, Etats-Unis et Afrique du Sud) auprès de 1 170 enfants âgés de 5 à 12 ans. Les travaux ont été financés par la Fondation américaine John Templeton, une organisation d'inspiration chrétienne qui, comme le rappelle le quotidien, a remis son prix en 2007 au philosophe Charles Taylor pour qui une société laïque n'est pas apte à satisfaire la quête humaine de sens.

Moins généreux

Les scientifiques de l'Université de Chicago ont appuyé leurs travaux sur un dérivé du « jeu du dictateur ». Ils ont proposé aux enfants de choisir 10 autocollants parmi 30, en leur précisant bien que tous n'en auraient pas. Ils leur ont ensuite demandé s'ils étaient prêts à en offrir à ceux qui n'avaient pas pu en avoir.
Résultat, les petits athées se sont montrés nettement plus généreux que leurs camarades religieux (chrétiens, musulmans, juifs, bouddhistes, hindous, etc). Et, parmi ces derniers, plus la pratique religieuse était forte, plus les dons ont été minces. Tout le contraire de ce que les parents interrogés pensaient de leur enfant.
Le résultat observé a été identique « quelle que soit la culture, et donc la religion », précise Jean Decety, principal auteur de l'étude. 
Enfin, la solidarité communautaire ne semble pas exister chez les plus jeunes, puisque dans ces tests, les dons qu'ils devaient faire étaient destinés à un enfant de la même école qu'eux et donc de la même obédience.

Jugement plus sévère

Enfin, la dernière conclusion de ces travaux n'est toujours pas à l'avantage des petits croyants. Ces derniers seraient également plus sévères en matière de punitions. Les chercheurs ont demandé aux enfants de regarder une vidéo où des jeunes en faisaient trébucher d'autres. Le petits devaient ensuite graduer la méchanceté de ces individus et les châtiments qu'ils méritaient. A tous les coups, les enfants élevés dans la religion ont proposé des punitions plus sévères.

Dans ses conclusions, Jean Decety estime que les observations réalisées pour l'étude « remettent en question le fait que la religion serait vitale pour le développement moral, et appuient l'idée que la sécularisation du discours moral ne va pas diminuer la bonté humaine ». A chacun de se faire sa propre religion !

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité