Publicité

QUESTION D'ACTU

Origines génétiques

Cancer des testicules : Movember a fait avancer la recherche

Une étude financée par la Fondation Movember livre ses premiers résultats. La moitié du risque de cancer des testicules est attribuable aux gènes hérités de la famille.

Cancer des testicules : Movember a fait avancer la recherche Richard Vogel/AP/SIPA

  • Publié 09.09.2015 à 18h34
  • |
  • |
  • |
  • |


Movember, ça ne sert pas seulement à se faire pousser la moustache. Grâce aux dons récoltés, la Fondation Movember finance les travaux de plusieurs équipes de recherche sur le cancer des testicules. L’une d’entre elles publie dans Scientific Reports une conclusion inattendue : de petites mutations génétiques représentent 49 % du risque de développer une tumeur germinale des testicules.

Le cancer germinal testiculaire touche 18 000 personnes chaque année en Europe. Comme le rappellent les auteurs de l’étude, son incidence a doublé en 40 ans. Pourtant, on le connaît encore assez mal.

De petites variations

L’équipe de l’Institut de Recherche sur le Cancer, à Londres (Royaume-Uni), a donc décidé d’analyser la composante génétique du risque. Pour cela, le Registre du cancer de la population suédoise a été passé en revue. 15,7 millions de personnes incluses dans la base de données familiales ont permis d’évaluer la part héréditaire de certaines mutations génétiques. L’autre volet de l’étude a mis à profit deux études britanniques sur le cancer des testicules. Cette fois, c’est le génome de 6 000 hommes, dont 986 présentaient une tumeur, qui a été analysé.

Dans 49 % des cas, le risque de développer un cancer des testicules provient de petits défauts génétiques héréditaires. Les mutations connues, elles, ne représentent que 9,1 % du risque de développer la maladie. La majorité des variations reste donc à identifier, précisent les chercheurs.

Prévenir les tumeurs

« Si nous pouvons découvrir ces causes génétiques, dépister les hommes avec une famille touchée par le cancer des testicules pourrait aider à diagnostiquer les personnes les plus à risque, et les aider à gérer ce risque, epxlique le Dr Clare Turnbull, chercheur en génétique et épidémiologie à l’Institut de Recherche sur le Cancer de Londres. Mais notre étude montre aussi qu’il reste beaucoup de travail. De nombreux facteurs génétiques qui causent le cancer des testicules doivent encore être découverts ; la première étape est donc d’identifier les facteurs génétiques du cancer des testicules, afin que nous puissions développer de nouveaux moyens de le prévenir. »

Car d’après ces résultats, le rôle de l’héritage génétique est bien plus important dans le cancer des testicules que dans les autres cancers, où il représente 20 % du risque.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité