Publicité

QUESTION D'ACTU

Hydratation, repas, gilets de froid…

Tour de France 2015 : comment les cyclistes se préparent à la canicule

A cause de la canicule qui sévit toujours dans l'Hexagone, certains fans du Tour de France s'inquiètent pour la santé des cyclistes. Jacky Maillot, le médecin de l'équipe Cofidis, rassure. 

Tour de France 2015 : comment les cyclistes se préparent à la canicule Laurent Cipriani/AP/SIPA

  • Publié 04.07.2015 à 08h00
  • |
  • |
  • |
  • |


« C’est mon 7e Tour de France, et, de mémoire, je n’ai pas souvenir qu’on ait débuté la compétition avec une telle chaleur. C’est la première fois »,  a confié à Pourquoidocteur Jacky Maillot, le médecin référent de la Cofidis, l’une des équipes de cyclistes emblématiques de « La Grande Boucle » depuis près de 20 ans.
Il faut dire que ce samedi, au départ de la première étape, les coureurs devront affronter pas moins de 33° à Utrecht (Pays-Bas). Cela avant de rejoindre la Belgique, puis la France, où les attendent des températures tout aussi caniculaires. Alors, comment se préparent les sportifs ? Y-a-t-il des risques pour la santé ? La rédaction a interrogé les experts.

 

Jusqu’à 10 litres de liquides par jour

Tout d’abord, comme la canicule peut avoir un impact sur l’hydratation, les médecins des équipes vont demander aux cyclistes de boire plus qu’à l'accoutumée. « Aussi bien avant, pendant, mais surtout après la course. Avec des fortes chaleurs comme en ce moment, un athlète doit boire jusqu’à 10 litres de liquides par jour », confie Jacky Maillot.
Concrètement, les athlètes consommeront des boissons à base d’eau enrichie en sels minéraux, ou des boissons énergétiques à base d’hydrates de carbone qui apportent un apport énergétique.
Et pour combler les pertes de calories (environ 800 à 900 cal perdues par heure sur la selle) plus importantes avec la chaleur, les coureurs seront également contraints de bien s’alimenter, lors du dîner notamment. Au menu, petites barres énergétiques pendant l’étape et beaucoup de glucides (pâtes, riz, pommes de terre), lipides et protéines en soirée.

Ecoutez...
Dr Jacky Maillot, médecin référent de l'équipe cycliste Cofidis : « On les pèse le matin au lever, on les pèse au départ, et tout de suite après l'étape. Leur différence de poids ne doit pas dépasser 2 % de leur poids initial... »

 

Une température corporelle à surveiller

Des consignes importantes à suivre car si un coureur venait à ne pas les respecter, il prendrait des risques importants pour sa santé. En effet, lorsqu’il fait 37-38° à l’extérieur, le fait de faire des efforts musculaires entraîne une augmentation de la température corporelle centrale. Celle-ci peut monter à 39-40°, une température identique à celle que l'on a quand on est souffrant (syndrome grippal, maladie infectieuse...). Le principal danger est alors le risque d'hyperthermie.

Ecoutez...
Dr Jacky Maillot : « On a des techniques pour abaisser la température corporelle. Par exemple, ce qu'on appelle le "pré-cooling", c'est-à-dire qu'avant certaines étapes, on leur donne des gilets de froid... »

 

Les maux de la canicule chez les cyclistes

Moins connus, les écueils spécifiques à la canicule. Parmi eux, on trouve le « feu aux pieds » qui provoque des brûlures intenses au niveau de la voûte plantaire, à cause de la chaleur réfléchie par le goudron.
Par ailleurs, les athlètes qui souffrent d'un problème d’asthme ou d’une allergie, seront aussi plus sensibles à l'air sec d'une canicule qui peut être irritant pour les muqueuses des voies respiratoires. Cela se manifeste le plus souvent par des toux ou une hyper activité bronchique. Il s’agit du plus gros souci à gérer pour les médecins du Tour car ces symptômes sont quasi impossibles à prévenir.

Ecoutez...
Dr Jacky Maillot : « On fait un travail préventif. Le cycliste va avoir des semelles adaptées, bien moulées à son empreinte plantaire, de manière à stimuler les retours veineux pour éviter que le sang ne stagne... »

 

Une performance altérée

Enfin, l’adaptation à la chaleur est différente chez chaque athlète. Certains organismes s’adapteront donc très bien, notamment pour ceux qui habitent dans des endroits chauds. Ceux qui viennent de pays où les températures sont basses auront plus de mal à la supporter.
Quoi qu’il en soit, les performances seront sans doute moins élevées que les autres années. Nous serons en effet bien loin de la température idéale pour faire des efforts qui est de l’ordre de 18-20°. « Les coureurs rouleront sûrement moins vite », pense le Dr Jacky Maillot.
Malgré cela, le médecin de la Cofidis n’est pas inquiet quant à la santé des sportifs ; le corps a eu cinq jours pour s’adapter, « c'est l’idéal », selon lui. « Les coureurs sont habitués aux conditions extrêmes. Rassurez-vous, ils ont vu pire », a-t-il conclu.  

Ecoutez...
Dr Jacky Maillot : « On va courir tout au long de l'année dans des pays très chauds. On était au mois de février au Tour d'Oman avec des journées à 40°. Et là, on venait en plus de France où il faisait 4-5°... »

 

Pour les aider à surmonter cette chaleur écrasante, l’organisation du Tour peut en plus prévoir des ravitaillements plus fréquents, c’est-à-dire jusqu’à 10 km avant l’arrivée, contre 20 km habituellement. Ces changements se font au jour le jour et l'encadrement les annonce aux équipes juste avant le départ de l'étape.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité