Publicité

QUESTION D'ACTU

Alerte de la communauté scientifique

Séismes au Népal : une épidémie d’hépatite E menace les populations

Les séquelles des séismes survenus en avril au Népal ne sont pas encore finies. Avec l’arrivée de la mousson, des experts de santé publique craignent une épidémie d’hépatite E.

 Séismes au Népal : une épidémie d’hépatite E menace les populations Un temple écroulé au Népal (Niranjan Shrestha/AP/SIPA)

  • Publié 17.06.2015 à 13h52
  • |
  • |
  • |
  • |


Pour les Népalais, c’est la double peine. Alors que les populations se remettent difficilement de la série de séismes qui a frappé la région, une seconde menace apparaît : celle de l’hépatite E. Dans une lettre publiée dans le prestigieux Lancet, 7 chercheurs du monde entier – dont les codécouvreurs du virus Ebola, Peter Piot et Jeremy Farrar – alertent sur le risque élevé d’épidémie. En cause : des eaux de boisson souillées par les déjections humaines.

8 800 décès, 23 000 blessés. Au Népal, les survivants ont du mal à se remettre des séismes de forte intensité survenus en avril. De nombreuses personnes vivent encore dans des camps et le dénuement le plus total. Et elles n’ont pas fini de subir les conséquences de cette catastrophe naturelle. En Haïti, une épidémie de choléra avait suivi le tremblement de terre. Au Népal, c’est l’hépatite E qui pourrait se propager.

500 femmes enceintes pourraient mourir

Le virus de l’hépatite E peut se diffuser par les eaux de boisson salies par des déjections. Et la saison de la mousson ne devrait pas arranger la situation, selon les auteurs, qui évoquent « la tempête parfaite » des facteurs de risque : une immense population déplacée, un accès limité à des eaux propres, un manque criant de structures sanitaires, le tout dans un contexte de forte circulation de l’hépatite E et de populations à risque mal immunisées.

Au total, ce sont 500 femmes enceintes qui pourraient mourir des complications de l’hépatite E dans les mois à venir. C’est une population particulièrement à risque, puisque la mortalité est de 25 % dans le monde.
Mais il est possible d’agir, rappellent les auteurs de la communication. Un vaccin existe, même s’il n’est pas reconnu par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui réclame plus de preuves de sa sécurité. Les chercheurs appellent à une exception dans ce contexte à haut risque : ils recommandent aux autorités népalaises de commander ces vaccins et lancer une campagne de vaccination auprès des patients à risque.
« L’hépatite E est un virus négligé et mal compris, mais nous savons qu’il est probablement une cause majeure de décès maternels dans les pays où il circule, rappelle Alain Labrique, co-signataire de cette lettre. Nous souhaitons mettre en avant toutes les mesures qui réduisent le risque de mortalité évitable. » L’enjeu est réel : 400 femmes enceintes pourraient être sauvées grâce à la vaccination.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité