Publicité

QUESTION D'ACTU

Congrès SFD 2015

Diabète : agir sur la flore intestinale pour combattre la maladie

DIRECT – Les milliers de bactéries de notre intestin pourraient aider à mieux traiter le diabète. Des travaux suggèrent qu’inhiber certains mécanismes réduirait l’inflammation liée à la maladie.

Diabète : agir sur la flore intestinale pour combattre la maladie LANCELOT FREDERIC/SIPA

  • Publié 25.03.2015 à 17h32
  • |
  • |
  • |
  • |


Le diabète pourrait-il être amélioré en agissant sur la flore intestinale ? C’est en tout cas une piste explorée par plusieurs chercheurs. Le sujet a été traité au congrès de la Société Francophone de Diabétologie (SFD, 24-27 mars, Bordeaux). Les recherches se concentrent pour le moment sur la souris, mais leurs résultats sont encourageants.

 

« Un véritable organe »

Le microbiote intestinal est souvent appelé le « deuxième cerveau. » Certaines de ses bactéries servent de marqueurs génétiques associés à certaines maladies métaboliques, comme le diabète de type 2.

 

Regardez les explications de Karine Clément, professeur de nutrition à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris) : « Ce sont des centaines de milliers de bactéries dans notre intestin. »

 

Le diabète de type 2, de même que l’obésité, est une maladie aux causes multiples. Ces deux pathologies ont un point commun : une inflammation chronique. Les organes qui permettent de contrôler le métabolisme, comme le foie et les tissus adipeux, sont particulièrement touchés.

 

 

Une flore variable

« Chez l’homme, on est capable d’étudier le microbiote par des techniques de séquençage. A partir d’échantillons de selles, on extrait l’ADN bactérien », explique le Pr Karine Clément. Ces analyses ont permis de déterminer les différences entre la flore intestinale des personnes obèses ou non, diabétiques ou non.

 

Regardez les explications de Karine Clément : « Si on compare des personnes obèses ou non obèses, il y a des changements dans la richesse et la composition du microbiote. »

 

L’analyse du microbiote a aussi démontré qu’il peut changer selon l’alimentation. « On sait que les apports en fibres, en glucides à faible index glycémique, améliorent la sensibilité à l’insuline », détaille Karine Clément. Les travaux de son équipe ont notamment mis en évidence le rôle de certains facteurs. Une étude, présentée au congrès de la SFD, montre que l’interferon regulatory factor 5 (IRF5) est impliqué dans l’obésité viscérale. Inhiber son activité serait une piste pour réduire l’inflammation chez les patients diabétiques. Mais Karine Clément incite à la prudence : les résultats doivent encore être démontrés sur des sujets humains. « Il faut garder en tête qu’on est au tout début d’une nouvelle ère, et peut-être de nouveaux traitements. »

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité