Publicité

QUESTION D'ACTU

Maltraitance des enfants : un nouveau plan qui mobilise les médecins


  • Publié 01.03.2017 à 09h40
  • |
  • |
  • |
  • |


2017 a commencé bien mal en ce qui concerne les droits des enfants. L’actualité a été marquée à quelques jours d’intervalle par plusieurs drames familiaux qui ont coûté la vie à plusieurs petits. En 2 mois, souligne La Croix, neuf sont morts des suites de maltraitance. A plusieurs reprises, on a pu voir, lire, entendre les témoignages de voisins qui avouaient avoir entendu depuis plusieurs semaines des bruits, des cris, des coups. « Mais dans le doute »… Et oui, difficile de faire un signalement quand on n’est pas sûr. Peur de passer pour celui qui se mêle de ce qui ne le regarde pas, peur de se tromper, peur des conséquences.

Partant du constat que beaucoup de ces drames seraient évitables, le nouveau plan contre les violences faites aux enfants, présenté ce mardi par la ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, Laurence Rossignol veut lever le tabou. Non, ce n’est pas de l’ingérence que de faire un signalement, non, il n’y a pas besoin de preuves. Le slogan retenu pour accompagner ce plan d’action est on ne peut plus clair : « Enfants en danger : dans le doute agissez ! ».

Un message qui s’adresse à tous les citoyens, mais le plan vise aussi de manière plus spécifique les médecins. Ils ne sont à l’origine que de 5 % des 50 000 signalements effectués chaque année. Un chiffre très bas, et qui stagne. Une situation jugée anormale par Laurence Rossignol, qui souligne que « 2 millions d’enfants sont hospitalisés chaque année ».

Mais contrairement à ce que l’on peut penser, le médecin peut ressentir lui aussi des réticences à « dénoncer » des parents. « Dire que la famille n’est pas forcément bienveillante n’est pas simple, car cela va à l’encontre des représentations habituelles », explique, dans les colonnes de La Croix, le Dr Muriel Salmona, présidente de l’association Mémoire Traumatique et Victimologie.

La ministre souhaite ainsi que les médecins soient mieux formés à la détection des violences faites aux enfants. Des enseignements devraient être prévus dans le cadre de la formation initiale, et des fiches seront disponibles pour tous les médecins en exercice. Les praticiens seront aussi épaulés pour mieux connaître leurs droits. Le Conseil de l’Ordre et la Haute autorité de santé ont déjà communiqué pour leur rappeler qu’il est de leur devoir de signaler toute possible violence. Dans le cadre hospitalier, un référent devrait être nommé pour épauler ses collègues. 

Ne reste plus qu'à espérer que ce plan sera bel et bien mis en œuvre. En effet, l'approche de l'élection présidentielle empêchera le projet d'être examiné par le Parlement. C'est donc au prochain gouvernement qu'appartiendra la responsabilité des protéger les plus fragiles.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité