Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude dans The Lancet

Les inégalités de santé s’accroissent chez les adolescents

La santé des jeunes tend à s’améliorer dans les pays riches. Mais ce bilan positif cache une réalité plus sombre : les disparités sanitaires continuent de se creuser.

Les inégalités de santé s’accroissent chez les adolescents RICHARD B. LEVINE/NEWSCOM/SIPA

  • Publié 04.02.2015 à 12h27
  • |
  • |
  • |
  • |


Les inégalités croissantes n’épargnent pas les adolescents. Selon une étude parue dans le prestigieux journal The Lancet, la santé des jeunes s’améliore globalement… mais les disparités se creusent entre les différentes catégories socio-économiques. Les auteurs canadiens déplorent un manque d’attention sur ces écarts, qui risquent d’avoir un impact majeur sur la prochaine génération.

 

IMC plus élevé dans les groupes défavorisés

Une équipe de l’université McGill à Montréal (Canada) a étudié l’évolution de la santé des adolescents entre 2002 et 2010. Ses membres ont passé en revue les différents volets d’une étude commandée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), « Les comportements de santé des jeunes d’âge scolaire. » Au total, un demi million d’adolescents a été sélectionné, dans 34 pays d’Europe et d’Amérique du Nord. En une décennie, la santé des jeunes gens a progressé. Mais ce bilan général cache des disparités de plus en plus fortes.

 

Entre 2002 et 2010, les écarts socio-économiques ont eu un impact sur la santé physique et mentale des adolescents. Vivre dans un foyer à faible revenu augmente le risque de souffrir de nombreux symptômes physiques et psychiques (maux de tête ou d’estomac, irritabilité, déprime…). L’IMC est plus élevé et l’activité physique plus faible dans les catégories défavorisées. Au final, seule la satisfaction par rapport à sa vie a décliné de manière similaire dans les différents groupes.

 

« Investir dans la jeunesse »

« Si les inégalités de santé s’accroissent dans des pays si riches, et particulièrement pendant les années dites « dorées » de l’adolescence, alors cette tendance est très alarmante pour la santé de la population à venir », s’inquiète le Pr Frank Elgar, professeur en psychiatrie à l’université McGill. Il faut de toute urgence lutter contre les inégalités de santé à l’adolescence, concluent les chercheurs. Pour cela, les outils doivent être adaptés selon le niveau de revenu et l’environnement social.

 

L’exemple le plus parlant est celui des interventions sur l’activité physique. Les campagnes nationales peuvent être particulièrement inadaptées aux milieux défavorisés ne disposant pas d’infrastructures publiques. « Les inégalités en matière de santé chez les jeunes ouvrent tout droit la voie à des inégalités en matière d’éducation, d’emploi, de santé à l’âge adulte et d’espérance de vie et, de ce fait, devraient se trouver au cœur des politiques de santé », avertit Frank Elgar.

 

Dans un commentaire associé à l’étude, trois chercheurs de l’Ecole de santé publique Mailman à l’université de Columbia (New York, Etats-Unis) insistent aussi sur l’importance de s’attarder davantage sur la santé des jeunes. « Investir dans la jeunesse pourrait rapporter beaucoup en termes de santé et de réduction des disparités de santé dans les années à venir… » écrivent John Santelli, Wendy Baldwin et Jennifer Heitel. « Le Pr Elgar et ses collègues nous rappellent l’importance du contexte social. Pour améliorer la santé et réduire les inégalités de santé tout au long de la vie, il faut se concentrer sur les facteurs sociaux qui affectent la santé et le bien-être des jeunes gens. »

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité