Publicité

QUESTION D'ACTU

Maladie cardiovasculaire

Personnes âgées: pas besoin de manger moins salé

Les personnes âgées n'auraient pas besoin de réduire leur consommation de sel, selon une étude publée dans la revue JAMA Internal Medicine.

Personnes âgées: pas besoin de manger moins salé Jeff Blackler / Rex Fea/REX/SIPA

  • Publié 21.01.2015 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Un régime sans sel est-il vraiment nécessaire ? Une nouvelle étude, publiée dans la revue Jama Internal Medicine, remet en effet en cause le dogme du « mangez moins salé ». L’étude s’est intéressée plus particulièrement aux personnes âgées et à l’impact du sel sur leur santé. Les chercheurs ont analysé les données de 2 642 personnes entre 71 et 80 ans qui ont été suivies durant 10 ans.
Leur consommation de sodium était calculée selon un questionnaire rempli fréquemment durant la deuxième année de leur suivi. Les niveaux médians de sodium pour les hommes étaient de 2 850 mg par jour et de 2 320 mg pour les femmes.

Résultat ? Aucune relation significative n’a été découverte entre la consommation de sodium et la mortalité ou le développement de maladie cardiovasculaire et d'insuffisance cardiaque. Les données montrent une légère tendance en faveur d’une consommation modérée de sel (à l’opposé d’une consommation ou trop basse, de moins de 1 500mg/j, ou trop haute, supérieur à 2 300 mg/j), mais rien qui ne soit vraiment probant : le taux de mortalité était de 33,8 % pour les petits consommateurs de sel, 30,7% pour les consommateurs modérés et 35,2% pour les gros consommateurs.

Une consommation maximale de 5 grammes par jour, selon l'OMS

Ces résultats vont à l'encontre des recommandations mondiales concernant la consommation de sel. Ainsi, en France, « la réduction de l’apport en sel constitue un objectif phare des Programmes Nationaux Nutrition Santé successifs (PNNS) », peut-on lire sur le site de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES). Une autre étude, publiée dans le BMJ, avait montré en février 2014 qu'en Angleterre, la baisse de 10 % de la consommation de sel avait entraîné une chute du nombre d'AVC de 40 %.

 Le PNNS 3 (2011-2015) fixe un objectif de diminution de la consommation de sel dans la population pour atteindre en 2015 de 8 g/jour en moyenne chez les hommes adultes, et de 6,5 g/jour chez les femmes adultes et les enfants. « Cet objectif constitue une étape intermédiaire de l’atteinte de l’objectif fixé par l’OMS qui recommande une consommation maximale de sel de 5 g/j », peut-on encore lire sur l'ANSES.
En France, les recommandations d’apport maximum et modéré journalier sont exprimés pour le sel, et non pour le sodium comme aux Etats-Unis.

Pour information, le sel est un composé chimique, le chlorure de sodium (NaCl), dont le sodium n’est qu’un élément. 5 grammes de sel correspondent à 2000 mg de sodium, selon l'OMS. Plus de 1,6 million de personnes meuren chaque année d’un accident cardiovasculaire, provoqué par l’excès de sel.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité