Publicité

QUESTION D'ACTU

Identitovigilance

Echange de bébés : les hôpitaux font tout pour éviter de confondre les patients

Un patient opéré du mauvais genou, des bébés échangés à la naissance, ces erreurs d'identification des patients sont impressionnantes. Si elles restent exceptionnelles, c'est grâce à un système de contrôle à tous les niveaux de la prise en charge du patient.

Echange de bébés : les hôpitaux font tout pour éviter de confondre les patients OJO Images / Rex Featur/REX/SIPA

  • Publié 04.12.2014 à 07h58
  • |
  • |
  • |
  • |


Il y a 20 ans, deux bébés étaient échangés à la maternité. Les deux familles étaient entendues hier à huis clos au tribunal de Grasse : elles demandent 12 millions d’euros chacune de dédommagement. Deux médecins accoucheurs, deux pédiatres, la clinique, et une aide-soignante, sont poursuivis dans ce dossier. Les deux bébés étaient atteints de la jaunisse et avaient été placés sous la même couveuse, faute de place. C’est parce qu’elles ne portaient pas de bracelet que l’échange a pu être possible. Or, ce bracelet fait partie des nombreuses normes qui constituent « l’identitovigilance ». Derrière ce terme barbare se cache toutes les normes nécessaires mises en place pour s’assurer de l’identité du patient. Une brochure de l’ARS d’Auvergne disponible sur Internet citait en 2011 « quelques exemples réels... Traitement au mauvais patient ; Erreur d’administration de médicament ; Intervention chirurgicale avec fiche d’anesthésie erronée ; Erreur d’intervention ; Diagnostics inversés ; Erreur de côté opéré. » Très impressionnants, ces cas restent exceptionnels. Selon un rapport de la HAS de 2012, l’erreur de patient avec intervention erronée au bloc opératoire a lieu à une fréquence estimée entre 1/90 000 et 1/110 000 interventions. L’erreur de côté est plus fréquente : entre 1/15.000 et 1/30.000 actes.

Pour s’assurer que le bon patient reçoit le bon traitement (et est opéré de la bonne jambe), il existe plusieurs contrôles, partie intégrante de l’identitovigilance.

L’identification des patients à toutes les étapes de leur prise en charge est un des « pratiques prioritaires » dans la certification des établissements de santé par la Haute Autorité de Santé (HAS). Mais si l’identification est obligatoire, les établissements ont toute latitude pour choisir le moyen qu’ils veulent mettre en place. Bracelet pour les nourrissons ou les patients souffrant de maladies neuro-dégénératives, bracelet électronique, photos pour les départements de radiothérapie, tout dépend en fait des besoins. Le système le plus simple reste de demander au patient de décliner son identité, du premier rendez-vous avec le médecin, au bloc opératoire.

Ecoutez le Dr Dominique Schiedts, membre du comité d’identitvigilance de l’hôpital Pasteur de Cherbourg : « On ne leur dit pas « vous êtes monsieur Dupond ? », mais on leur demande de décliner leur identité, leur date de naissance également. Le patient est prévenu que l’on va être amené à lui poser plusieurs fois la même question. »



« L’infirmière, quand elle fait sa prise de sang, demande son nom au patient, même si elle le connaît. Le brancardier va leur demander leur nom, quand les patients arrivent au bloc, on leur demande leur nom encore une fois, tout comme avant qu’ils rentrent en salle », explique encore le médecin. L’objectif de ces questions à répétition est qu’il n’y ait pas d’erreur de patients.

Quitte à ce que certains patients soient énervés par ce questionnement intempestif. L’hôpital de Cherbourg a réalisé une vidéo dont l’objectif est d’expliquer aux patients la nécessité de l’identitovigilance :


Identito-vigilance. par HCOM-TELEVISION

Sur 2 371 établissements de santé à jour de leur certification par la HAS, le critère de l’identification arrive en 5e position des problèmes les plus récurrents. La question de l'identification des patients restent donc centrale dans l'amélioration de la qualité des établissements de santé.

A l’hôpital de Cherbourg,  « le bracelet est systématique pour tous les patients qui sont incapables de donner leur nom parce qu’ils sont un peu désorientés et pour tous les patients qui vont passer au bloc opératoire », ajoute Dominique Schiedts. Reste à savoir où mettre ce bracelet… « On ne met pas un bracelet au bras gauche quand le patient va se faire opérer du bras gauche », commente le Dr Schiedts. Pour des gens qui ont le même nom et le même prénom « on met une étiquette en indiquant "attention il y a des homonymes", pour éviter que l’on confonde des patients », précise encore le médecin. La vigilance est primordiale.

Obligatoire depuis le 1er janvier 2010, la checklist opératoire met en place dix critères à vérifier avant chaque opération, dont la nécessité de demander au patient son nom quand il arrive au bloc, et ce pourquoi il est là ! Là encore, l’objectif est d’appliquer le bon soin au patient, et par exemple, de ne pas se tromper de côté lors d’une chirurgie.

Des systèmes beaucoup plus modernes peuvent être mis en place. Installé en 2011, dans le cadre d’un travail avec la Commission nationale informatique et liberté (CNIL), l’identification par les empreintes digitales et le réseau veineux superficiel est devenu la norme dans le service de radiothérapie du Professeur Eric Lartigau. C’est le seul établissement de France à utiliser cette méthode.

Ecoutez le Professeur Eric Lartigau, chef du département de radiothérapie du Centre Oscar Lambret de Lille : « [Cette méthode] est extrêmement fiable et reproductible. Elle est moins ostracisante que des systèmes comme le bracelet avec un code-barres, et plus fiable que les cartes que l’on peut perdre ou échanger. »



Vantant un système peu coûteux à mettre en place – l’identification biométrique a nécessité un investissement de 20 000 euros –, il ne recommande néanmoins pas la généralisation de la formule, en particulier du fait des enjeux complexes de liberté individuelle impliqués par la détention - même durant une courte durée - des empreintes digitales d'un patient.

« La formation des agents administratifs des accueils est primordiale », explique enfin Marie-Noëlle Coruble, Responsable Qualité du centre hospitalier d’Aulnay-sous-Bois. L’objectif est que l’identification des patients soit faite correctement. « Nous rappelons aussi régulièrement aux infirmières de vérifier l’identité des patients avant chaque acte », précise-t-elle. Une vigilance nécessaire à toutes les étapes. Toute personne qui se rend compte d'une erreur de personne mais ne la signale pas peut être tenue responsable devant la justice...

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité