Publicité

QUESTION D'ACTU

Organisation Mondiale de la Santé

Sida : des antirétroviraux recommandés en prévention pour les homosexuels

Pour prévenir une infection au VIH, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande aux homosexuels, à haut risque, de prendre des antirétroviraux.

Sida : des antirétroviraux recommandés en prévention pour les homosexuels Ahn Young-joon/AP/SIPA

  • Publié 19.07.2014 à 12h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Les antirétroviraux en prévention pour les homosexuels. Dans ses recommandations de lutte contre le VIH, en amont de la conférence internationale sur le Sida, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) envisage cette stratégie pour infléchir la courbe des contaminations. Une étape nécessaire pour ce groupe particulièrement à risque, où le taux d’infections reste élevé.

 

Un million d’infections évitables

Selon les estimations de l’OMS, les homosexuels sont 19 fois plus à risque d’être infectés par le VIH que la population générale. Les antirétroviraux en traitement ont permis de réduire le nombre de décès liés au Sida, mais la prévention reste à la traîne et ne permet pas d’infléchir le nombre d’infections. L’agence de l’ONU suggère de développer plus largement la PrEP, prophylaxie pré-exposition dans ce groupe. Elle consiste à donner des antirétroviraux, notamment du Truvada, avant la possible exposition au VIH. Combinés au préservatif, ces médicaments pourraient réduire de 20 à 25 % l’incidence du VIH parmi les homosexuels, estime l’OMS. Sur 10 ans, une telle baisse éviterait plus d’un million d’infections.

 

Un problème d’observance

Les antirétroviraux en prévention du VIH ont déjà fait leurs preuves : ils réduisent de 92 % le risque d’infection chez les personnes à haut risque - comme les homosexuels. L’autorité sanitaire américaine a autorisé en mai dernier la PrEP pour ce groupe, à raison d’un comprimé par jour. « Dans la vraie vie, l’efficacité du Truvada est descendue, parce que ne pas être malade et prendre un comprimé tous les jours, ce n’est pas évident », précise le Dr Julie Chas, infectiologue à l’hôpital Tenon (Paris), contactée par pourquoidocteur. En France, elle pourrait prendre une forme plus simple pour les patients : 2 comprimés deux heures avant un rapport sexuel, 1 comprimé 24 heures après, et 1 comprimé 48 heures après. « Au bout de deux ans et demi, on a un taux d’observance bien meilleur », souligne le Dr Chas, qui participe à l'essai Ipergay testant cette approche. Elle n’exclut d’ailleurs pas une extension de la technique aux autres populations à risque (prostitués, prisonniers…).

 

En combinaison avec le préservatif

« La PrEP est une très bonne chose », commente l’infectiologue. « Mais il ne faut pas oublier que le port du préservatif est très important, car il protège de toutes les autres infections sexuellement transmissibles. » Car les détracteurs de la PrEP craignent une chute du recours au préservatif, déjà impopulaire chez les homosexuels. « Elle peut amener à se dire "Je me protégeais au départ avec le préservatif, maintenant j’ai un comprimé… pourquoi continuerais-je avec le préservatif ?", admet le Dr Julie Chas. « Les médecins doivent justement être très vigilants et donner des conseils rappelant que le Truvada n’est pas efficace à 100 %, et que le préservatif protège de toutes les IST, ou du risque de grossesse dans les autres populations à risque. Cette PrEP fait partie d’un "package" de prévention combinée : dépistage systématique des IST, port du préservatif, conseils des associations et des médecins, campagnes de publicité pour informer. » 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité